Fanny, brûlée lors des explosions de Zaventem: "Je n'ai pas eu peur"

VideoFanny Rachel Clain, 20 ans, est la première victime rescapée de la double explosion survenue à l'aéroport de Zaventem à témoigner.

La jeune Française venait d'arriver à l'aéroport et se trouvait dans une file d'attente pour faire enregistrer ses bagages, ce 22 mars, lorsqu'une première explosion a soufflé le hall de l'aéroport.

"Ça puait le cochon brûlé"
Fanny a eu les mains et le visage brûlés et a également été atteinte à la jambe. Elle témoigne pour les caméras d'ATV depuis l'hôpital Stuivenberg à Anvers. "Je venais d'arriver dans la file d'attente et tout à coup, il y a eu cet énorme bruit. Je me suis retrouvée par terre. Il y avait de la cendre partout, j'étais recouverte d'un truc marron, ça puait le cochon brûlé. Je me suis levée et je suis sortie dehors le plus vite possible", raconte-t-elle, le visage et les mains entièrement bandées.

Plein écran
Fanny Rachel Clain. © DR

Dehors, elle rejoint d'autres blessés. "Les gens m'ont dit que j'étais brûlée. J'ai croisé un miroir donc je me suis à moitié vue, brûlée mais je n'ai pas trop voulu regarder".

"Les gens étaient super gentils"
"C'était impressionnant sur le coup mais je n'ai pas eu peur plus que ça", indique Fanny Klein. "Peut-être parce qu'on a l'habitude de l'entendre à la télé. j'ai juste fait ce qu'il fallait que je fasse: rejoindre les autres, attendre les secours. Je n'avais pas spécialement peur, je savais qu'ils allaient arriver. Les gens tout autour de moi étaient super gentils".

Positive
En dépit de l'horreur qu'elle a vécu, la jeune femme reste étonnamment positive: "Je n'allais pas passer ma journée à pleurer.  J'ai pleuré un peu hier mais ça va, sinon je vais me déshydrater", conclut-elle dans un rire.

Missionnaire pour l'église mormone, elle se rendait en mission dans l'Ohio en compagnie de trois Américains, lorsque son périple a été avorté. Elle souhaite s'y rendre dès qu'elle sera rétablie.

  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.