Plein écran
© epa

"Fukushima n'aura pas d'impact grave sur la santé"

Wolfgang Weiss, le président du Comité scientifique des Nations Unies pour l'étude des effets de rayonnements, calme le jeu. Pour lui, l'accident de Fukshima n'est pas dramatique. "Il n'aura pas d'impact grave sur la santé", a-t-il déclaré.

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© ap

Les comparaisons avec Tchernobyl n'arrêtent pas depuis le tsunami du 11 mars dernier, qui a engendré les problèmes que l'on connaît dans la centrale nucléairede Fukushima. "C'est un accident moins grave que celui connu à Tchernobyl", précise Wolfgang Weiss. "Par contre, il est bien plus grave que celui que nous avons connu en 79 à Three Mile Island. Disons que le degré d'importance se situe entre les deux, en termes de conséquences pour l'environnement, pas en termes d'impact sanitaire."

Le cancer de la thyroïde, risque numéro 1
Le tableau n'est pas idyllique pour autant. Les autorités japonaises ont d'ailleurs décidé de contrôler les thyroïdes des enfants. A la satisfaction de Weiss. "Le seul impact prouvé de Tchernobyl est le cancer de la thyroïde chez les enfants", a expliqué le président du comité. "Par exemple, les habitants des villages proches de Tchernobyl avaient été exposés à de l'iode radioactif qui avait contaminé le lait et les légumes. Ils ont d'abord inhalé, puis ils ont ingéré cet iode, ce qui a causé le problème. A Fukushima, les gens ont été évacués avant toute diffusion, c'est donc une situation totalement différente."

"Des niveaux très faibles"
Quant aux conséquences sanitaires, elles sont minimes voire inexistantes pour Wolfgang Weiss. "Les niveaux sont très faibles. Dans la nourriture, on parle de niveaux qui vous donneraient un millisievert par an voire cinq millisieverts par an. Rien qui puisse avoir un impact majeur sur la santé. Nous avons aussi détecté des traces d'iode dans l'air dans le monde entier mais à des niveaux beaucoup plus bas que les traces constatées à des distances similaires après Tchernobyl." (J.C.)

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaité. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.
  3. Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Vers 21h ce mardi, 800.846 messages avaient déjà été envoyés et ça n’en finit pas de grimper. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.