Plein écran
Entre Genk et Pozuelo, ce n'est plus le grand amour. © photo_news

Genk-Pozuelo, le bras de fer: "J'ai connu la même situation ici"

Le capitaine espagnol du Racing Genk, qui peut compter sur l'intérêt de la MLS, a décidé de quitter le Racing, mais le club ne lâche pas l'affaire: hors de question de laisser partir un joueur clé en pleine lutte pour le titre.

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© photo_news

Dans l'esprit d'Alejandro Pozuelo, la décision semble prise: peu importe la lutte pour le titre, peu importe l'arrivée d'un seizième de finale de l'Europa League, l'Espagnol veut partir maintenant et rejoindre la lucrative MLS où il est plutôt bien côté.

Mais la direction limbourgeoise refuse, et on peut le comprendre, de laisser partir, maintenant, l'un de ses meilleurs joueurs, qui est aussi considéré comme l'un des meilleurs joueurs du championnat à l'heure actuelle.

Et "ce n'est pas une question d'argent", insiste le club. "C'est l'aspect sportif qui nous intéresse. Alejandro Pozuelo est un joueur très important et la période des transferts est pour nous terminée."

Philippe Clement, entraîneur à succès de l'équipe limbourgeoise, espère voir rester son maître à jouer, mais il est impuissant: "A ce moment-ci, en tant que ,on ne peut que suivre la situation de près", explique-t-il. Et il l'admet dans les colonnes du Laatste Nieuws, il a connu le même genre de situation, quand il jouait... à Genk. "Durant la trêve hivernale 97-98, j'ai connu ça. Je pouvais et je voulais aller à Coventry. Mais Aimé Anthuenis n'a pas voulu me laisser partir. Au final, je suis resté à Genk, j'ai gagné la Coupe, et ensuite, je suis quand même allé en Angeleterre." Pas sûr que l'argument séduise Pozuelo, qui ne devrait pas être du voyage à Prague, où Genk jouera son seizième de finale de l'Europa League, jeudi soir.