Plein écran
© epa

Gérard Depardieu blâme les États-Unis

Les États-Unis sont "un peuple qui a sans arrêt détruit l'autre", a déclaré mercredi depuis Moscou l'acteur français Gérard Depardieu, qui dit préférer "être Russe".

Citation

Partout où ils passent, ils font des foyers de merde. Non, je préfère être Russe.

Gérard Depardieu

"Les États-Unis? C'est un peuple qui a sans arrêt détruit l'autre. Ils se sont battus entre eux, ils ont détruit les Indiens, après ils ont fait l'esclavage, puis il y a eu la guerre de Sécession", a lancé le célèbre acteur lors d'une interview avec des journalistes russes diffusée jeudi sur la radio France Inter.

"Après ce sont eux les premiers qui ont utilisé la bombe atomique. Partout où ils passent, ils font des foyers de merde. Non, je préfère être russe", a ajouté M. Depardieu, devenu citoyen russe il y a plus de deux ans sur intervention du président Vladimir Poutine.

"Et puis si les Européens arrêtent d'écouter ces Américains, eh bien je serai plus heureux, voilà", a-t-il conclu avant de se produire sur la scène d'un théâtre moscovite pour interpréter, aux côtés de Fanny Ardant, "La Musica deuxième", une pièce de Marguerite Duras.

Monument du cinéma français, Gérard Depardieu, l'acteur de 66 ans avait défrayé la chronique en 2012 en annonçant qu'il rendait son passeport français pour protester contre l'imposition des plus riches en France, instaurée par le gouvernement socialiste. Il fait régulièrement sensation depuis dans les médias français pour ses déclarations provocatrices et ses prises de position prorusses.

  1. Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Auteur de l’un des pires débuts de saisons de son histoire (5 sur 21), Anderlecht se déplace au Club de Bruges dans un contexte qui n’incite pas à l’optimisme. Alors que Vincent Kompany cherche toujours la bonne formule, il pourrait bien repêcher Trebel, snobé systématiquement jusqu’ici. Invaincus depuis le début de saison, les Blauw en Zwart auront la possibilité de reléguer les Mauves… à quinze points en cas de victoire, un gouffre après huit matchs. Si pour de nombreux observateurs, le Club de Bruges est devenu la nouvelle référence du football belge, le Sporting a la ferme intention de venir jouer les trouble-fête. En a-t-il réellement les moyens? Voici l’avis de nos rédacteurs.