Plein écran
© DR

"Grace de Monaco" sifflé à Cannes

"Grace de Monaco", le film tant attendu d'Olivier Dahan, a été accueilli plutôt froidement mercredi lors de sa première projection de presse au festival de Cannes. Nous partageons cet avis globalement négatif: lisez notre critique ici.

Ce "biopic", où Nicole Kidman tient le rôle titre, était très attendu après que sa sortie a déjà été plusieurs fois reportée et que la famille princière a publiquement dénoncé ses "références historiques erronées et littéraires douteuses".

Malgré les images de cartes postales du Rocher et les tenues glamour de Nicole Kidman, cette historiette centrée sur un conflit opposant la France et la Principauté en 1962 a été accueilli dans un silence quasi-total, ponctué de quelques sifflets.

Les quelques médias qui avaient déjà pu voir le film avant cette projection n'ont pas été tendres. "Comment est-il même possible de faire un film ennuyeux à partir d'une histoire riche en ragôts croustillants", s'interroge le Hollywood Reporter, l'une des bibles américaines du cinéma. "Cannes ouvre avec un biopic royal pire que Diana", le four dans lequel avait tourné Naomi Watts, écrit le Britanique The Guardian, voyant dans le film une "catastrophe époustoufflante". Pour The Telegraph, il s'agit d'un "mélodrame incroyablement idiot".

En France, le magazine L'Express estime en revanche qu'il s'agit d'un "biopic qui mérite d'être vu et dont il faut saluer la démarche du réalisateur". Metronews pense que Nicole Kidman est "épatante, à la hauteur de l'icone qu'elle incarne".

Le visionnage du film permet de mieux comprendre l'hostilité de la famille princière, notamment parce qu'Olivier Dahan fait de la soeur du prince Rainier, Antoinette, une "espionne" à la solde des Français.

  1. Menace de grève au sein de la police de la route: “Puni alors qu’il méritait des félicitations”

    Menace de grève au sein de la police de la route: “Puni alors qu’il méritait des félicitati­ons”

    Plus d’un millier d’agents de la police de la route menacent de faire grève pendant plus d’un mois, écrivent mardi Het Laatste Nieuws et De Morgen. La raison de leur mécontentement est la sanction infligée à l’un de leurs collègues pour avoir tiré un coup de semonce alors que lui et un autre agent étaient attaqués par un groupe de dix personnes. “Bravo. Puni alors qu’il méritait des félicitations”, déclare le syndicat de police.