Plein écran
© afp

Grève générale dans des localités arabes d'Israël

De nombreuses localités arabes israéliennes observaient mardi une grève générale après la mort de deux bédouins du sud d'Israël lors de confrontations avec la police, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

Le mouvement est parti dimanche de Rahat, une localité bédouine du Néguev (sud), peu après la mort de Sami al-Jaar, 22 ans, tué par des tirs de la police israélienne lors d'une opération contre un réseau de drogues.

Deuxième victime
Lors de ses funérailles, auxquelles 30.000 personnes ont participé dimanche, Sami al-Zayadna, un autre bédouin de 47 ans, est décédé d'une crise cardiaque lors d'affrontements avec la police, qui ont également fait 25 blessés dans les rangs des participants. L'enterrement de M. Zayadna lundi a également dégénéré en heurts avec la police, qui se sont poursuivis jusque tard dans la soirée. 

Grève
Les représentants de la communauté arabe israélienne avaient alors appelé à étendre le mouvement de grève à l'ensemble du pays à partir de mardi. Des magasins ont gardé leurs rideaux baissés et des écoles n'ont pas ouvert leurs portes dans des villages de Galilée (nord), dans la ville d'Oum el-Fahem et d'autres localités arabes du centre d'Israël, ainsi que dans la région de Rahat, ont indiqué à l'AFP des responsables locaux.

"La revanche des martyrs" en hébreu (Rahat, 20 janvier)
Plein écran
"La revanche des martyrs" en hébreu (Rahat, 20 janvier) © afp

Population arabe
L'Etat hébreu compte 1,7 million d'Arabes israéliens, qui sont les descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël en 1948. Début novembre dans le nord d'Israël, la mort d'un jeune Arabe israélien sous les balles de la police avait entraîné plusieurs jours de heurts violents, faisant craindre un embrasement généralisé alors que les tensions étaient déjà très fortes dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem.

  1. Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters a réagi pour la première fois à la pandémie du coronavirus. Réduite au chômage technique comme tous les joueurs et joueuses de tennis, la Limbourgeoise, 36 ans, s'est exprimée par le biais de ses comptes Instagram et Twitter depuis les États-Unis. L'ancienne N.1 mondiale, qui devait y disputer les tournois WTA d'Indian Wells et de Charleston, a en effet décidé de rester de l'autre côté de l'Atlantique, dans sa maison du New Jersey, où elle a été rejointe par son mari Brian Lynch et sa fille aînée, Jada.