Grève nationale: le trafic aérien belge fermé, le service minimum respecté à la SNCB

VideoLes avions ne peuvent plus voler dans le ciel dès ce mardi 22h00 et jusqu'à mercredi, même heure, en raison de la grève nationale. Le service alternatif, mis en place par la SNCB en cas de grogne sociale, était bien appliqué mardi à l'entame de la grève de 24h00 qui touche le rail belge, a indiqué à Belga peu après 22h00 une porte-parole de la société des chemins de fer. En moyenne, un train sur deux circule. La Stib, De Lijn et les TEC s'attendent également à de fortes perturbations sur leurs réseaux. Le point complet secteur par secteur.

Aucun avion n'est donc autorisé à décoller ou à atterrir en Belgique dès 22 heures ce mardi et cela pendant 24 heures.

La mesure émane du gestionnaire du trafic aérien Skeyes (ex-Belgocontrol), qui s'est vu contraint de ne pas autoriser le trafic des avions entre mardi 22h00 et mercredi 22h00. L'entreprise dit ne pas avoir une "connaissance suffisante de l'occupation en personnel pendant la grève nationale", les employés d'entreprises publiques n'étant pas tenus de déclarer préalablement s'ils partiront en grève ou pas.

L'aéroport de Charleroi avait déjà décidé, avant la décision de Skeyes, de fermer ses portes lors de la grève. Les autres aéroports belges, qui allaient fonctionner au ralenti, seront donc paralysés par l'interruption du trafic aérien. Brussels Airport restera ouvert mais demande aux passagers de ne pas se rendre à l'aéroport. De manière générale, les passagers touchés par la grève sont priés de contacter leur compagnie aérienne.

Des vols déjà annulés à Brussels Airport

Plusieurs vols ont déjà été annulés à Brussels Airport ce mardi soir, rapportent nos confrères du Soir. Ayant accumulé du retard à leur départ, certains vols n'ont pu décoller ou atterir avant 22 heures, début de la grève nationale, précise l'aéroport. Les vols faisant plusieurs allers-retours sur la même journée ont également été annulés. "Ils n'auraient pas eu la possibilité de revenir avant 22h", précise Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport.

Un avion en provenance de Manchester est par ailleurs cloué au sol en raison d'une panne.

Aucune annulation chez TUI fly, tous les vols seront déviés à l'étranger

Aucun vol ne sera annulé chez TUI fly mercredi malgré la grève nationale. La compagnie aérienne les déviera tous vers les aéroports de Lille, Paris Orly, Maastricht, Eindhoven ou encore Amsterdam. Les voyageurs concernés reçoivent par SMS les informations pratiques et le nouvel horaire de leur vol, annonce la compagnie mardi soir.

Trente-six vols sont affectés par la grève, pour plus de 5.000 passagers concernés. Le tour opérateur et sa compagnie mettent à disposition 100 bus qui se chargeront de transporter les voyageurs vers et depuis les aéroports alternatifs.

Pour les passagers qui devaient partir de Bruxelles ou de Charleroi, TUI fly a prévu un rendez-vous au Heysel (Brussels Expo), Parking T (av. Impératrice Charlotte à 1020 Bruxelles).

Pour les passagers qui devaient partir d'Ostende, d'Anvers ou de Liège, le lieu de rendez-vous est le parking même de ces aéroports. De là, les voyageurs seront acheminés en autocar vers les aéroports étrangers.

Un transfert en bus est également prévu pour les Belges de retour au pays qui atterriront dans les aéroports alternatifs.

Plusieurs vols du soir à l'arrivée déviés ou annulés à Charleroi

Plusieurs vols à l'arrivée mardi soir à l'aéroport de Charleroi ont été déviés vers d'autres aéroports ou annulés, indique le site internet de l'aéroport.

Deux vols TUI en provenance de Tanger et Oujda ont été déviés vers Lille. Deux vols Ryanair (Alicante, Milan) qui devaient se poser vers 22h30 ont été annulés. Enfin, cinq autres vols Ryanair ont été déviés vers Lille (Séville, Tanger, Tenerife, Marrakech et Rabat).

Plein écran
© photo_news

Le trafic aérien belge fermé

Skeyes (ex-Belgocontrol), gestionnaire du trafic aérien, se voit contrainte de ne pas autoriser le trafic aérien entre mardi 12 février 22h et mercredi 13 février 22h, a annoncé skeyes dans un communiqué. 

"Malgré tous les efforts déployés par la direction de skeyes, l'entreprise n'a pas une connaissance suffisante de l'occupation en personnel pendant la grève nationale six heures avant le début de l'action qui démarre ce soir. Les employés de skeyes ne doivent pas divulguer leur intention de travailler ou pas pendant des actions syndicales", précise skeyes.

L'espace aérien ne sera pas complètement fermé durant la grève. Un service minimum est toujours assuré pour les vols médicaux, les atterrissages d'urgence, les vols militaires ou gouvernementaux. 

Un service minimum tel que prévu pour le rail n'est toutefois pas prévu chez les contrôleurs aériens.

La SNCB fortement perturbée...

Plein écran
© photo_news

C'est la troisième fois que le service minimum est appliqué sur le rail depuis l'entrée en vigueur de ce système en mars dernier. 1 train sur 2 devrait en moyenne circuler avec une priorité aux grandes lignes et aux heures de pointe.

Douze autres lignes IC ne circuleront pas, à savoir Mons-Brussels Airport-Tournai, Anvers-Louvain, Gand-Bruxelles-Welkenraedt, Arlon-Luxembourg, Brussels Airport-Gembloux, Brussels Airport-Bruges, Bruxelles-Luxembourg-Brussels Airport, Gand-Anvers, Turnhout-Anvers, Anvers-Bruxelles, Mons-Aulnoye-Aymeries et Namur-Charleroi-Maubeuge.

La grève débutera dès mardi à 22 heures et se prolongera jusqu'au lendemain même heure. La SNCB recommande de vérifier sur son site l'état du réseau.

... tout comme la Stib, De Lijn et les TEC

Plein écran
© belga
Plein écran
© RV

La Stib
À Bruxelles, la circulation des trams, bus et métros risque d'être fortement perturbée, prévient la Stib lundi. La société de transport en commun explique à la RTBF qu'elle mettra la priorité sur le métro.

Afin d'informer au mieux les voyageurs de l'état de la situation, la Stib ouvrira son contact center (070/23.20.00) dès 06h00 mercredi matin. Le site internet informera, lui, en continu les usagers, tout comme la page Facebook de l'entreprise et le compte Twitter. 

De Lijn
De Lijn s'attend également à de lourdes perturbations sur son réseau mercredi. Les chauffeurs qui prendront le volant seront déployés sur les itinéraires les plus importants. Ce n'est toutefois que le jour-même que les lignes desservies seront décidées, en fonction du nombre de chauffeurs qui répondront présents pour débuter leur tournée.

Les lignes prioritaires sont des itinéraires sur lesquels se trouvent notamment des écoles ou qui sont fortement fréquentées. 

Outre ces lignes prioritaires, assurées par des chauffeurs de De Lijn, des bus emmenés par des conducteurs roulant pour des sociétés privées sous-traitantes circuleront également. 

Les TEC
Le trafic des TEC risque lui aussi d'être fortement perturbé mercredi, prévient la société de transports publics wallons sur son site internet. Seuls 10% des bus circuleront à Mons, de même que dans le Borinage et dans la région du Centre, selon les estimations de la compagnie.

Dans le Hainaut occidental, la moitié du service des bus devrait être assuré ce jour-là. Aucune prévision n'est en revanche disponible pour les autres régions. Mais l'entreprise s'attend, de manière générale," à de fortes perturbations à tous les niveaux".

Mobilisation importante dans le Brabant wallon

Plein écran
© reuters

Une partie du Brabant wallon devrait être paralysée mercredi. Les syndicats prévoient notamment de bloquer plusieurs zonings et grands magasins, des dépôts logistiques ainsi que d'importantes entreprises comme les sites de GlaxoSmithKline (GSK) de Wavre et de Rixensart, le Village n°1 et Cenexi à Braine-l'Alleud ou encore Mamma Lucia à Nivelles.

Seuls trois travailleurs sur 1.000 prendront congé mercredi

Seuls trois travailleurs sur 1.000 prendront congé mercredi en Belgique, soit 0,3%, selon un décompte du prestataire de services RH Acerta.

Si les Belges travaillent dans leur globalité en cas de grève nationale, ils sont pourtant, selon Acerta, 2% à effectivement prendre congé lors d'un jour semblable, comme le 15 février 2018 par exemple.

Le prestataire de services explique le phénomène par le fait que les travailleurs en 4/5 prennent majoritairement le mercredi comme jour off. De plus, de nombreux employeurs accordent du télétravail à leur personnel.

Fortes perturbations annoncées en région liégeoise

Les organisations syndicales annoncent une forte mobilisation en région liégeoise mercredi. D'importantes perturbations sont annoncées au niveau des administrations, des écoles, des commerces, etc.

La mobilisation s'annonce aussi importante dans de nombreuses entreprises, tous secteurs confondus (ArcelorMittal, Segal, FN Herstal, CMI, Safran Aero Boosters, Euro Diesel, ABInbev, Chaudfontaine, Derkenne, Chimac, Base Intermarché...).

Les plus grands parcs d'activités économiques seront fortement impactés par la présence de piquets de grève, comme les Hauts-Sarts; Grâce-Hollogne ou le village fret de Bierset (Liege Airport).

Au niveau des commerces, le mot d'ordre est la fermeture. C'est ainsi que seront fermées de grandes enseignes comme Carrefour, Lidl, Delhaize, Makro, Metro, Ikea, Cora... ainsi que les grandes galeries commerciales. Les centrales à béton (carrières Carmeuse, Sagrex ou Dumont-Wautier) seront fermées et la distribution du courrier sera fortement perturbée.

Thalys et l'Eurostar globalement épargnés

En revanche, le trafic ferroviaire international ne devrait pas être trop touché par la grève. Thalys a prévu une seule annulation entre Bruxelles et Paris alors qu'Eurostar ne s'attend pas à des problèmes majeurs pour les passagers devant se rendre en Angleterre. Seules les personnes voyageant en Eurostar vers la France (Lille ou Calais) devront revoir leurs plans en raison de la fermeture du terminal "intra-Schengen" en gare de Bruxelles-Midi. Il s'agit d'une minorité de passagers.

Les autres secteurs

L'appel à la grève a aussi été lancé dans les ports. A Anvers, le mouvement syndical devrait avoir un impact considérable avec des pertes de plusieurs millions d'euros. Le port de Gand sera quasiment paralysé par la grève.

Les administrations locales et régionales - parmi lesquelles les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux et les intercommunales - ne seront pas en reste et prendront également part au mouvement. Pour la police intégrée, la CGSP et la CSC ont aussi appelé à la grève.

Les hôpitaux seront aussi touchés à divers degrés par la grève. Selon les institutions, il y aura soit un service minimum (salles d'opération pour urgences, polyclinique fermée, etc.), soit un service limité (au cas par cas par les services). 

La distribution du courrier sera, elle aussi, perturbée, tout comme la collecte des déchets. Certains recyparcs devraient aussi rester portes closes.

Les trois principaux syndicats du pays (FGTB, CSC, CGSLB) ont appelé à une grève nationale après l'échec de la concertation sociale dans le secteur privé. Les syndicats estiment que la hausse salariale de 0,8% pour les deux années à venir, hors index, est insuffisante.