Plein écran
© reuters

Hollande s'engage à accueillir 500 réfugiés syriens

Le président François Hollande s'est engagé mercredi à accueillir 500 réfugiés syriens en France à la demande du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), a annoncé l'agence onusienne.

Cet engagement a été pris lors d'un entretien à Paris avec le Haut commissaire aux réfugiés, Antonio Guterres, a précisé le représentant de cette agence des Nations unies en France, Philippe Leclerc.

"A l'occasion de la rencontre entre le président de la République et le Haut commissaire (...), le président a annoncé que la France répondait à la demande du HCR à travers un programme pour 500 personnes", a-t-il déclaré.

Ces personnes seront des réfugiés considérés comme "particulièrement vulnérables" par le HCR, a-t-il précisé, rappelant que l'agence de l'ONU avait "demandé à l'ensemble des Etats de l'Union de contribuer à soulager la pression que subissent les pays de 'premier asile' : la Turquie, le Liban, la Jordanie et l'Irak".

Toujours selon Philippe Leclerc, "les modalités de l'accord (avec la France) seront discutées dans les tout prochains jours entre le HCR et les ministères français des Affaires étrangères et de l'Intérieur".

Le HCR, a-t-il également rappelé, a souhaité que les Etats membres de l'Union européenne accueillent 10.000 réfugiés syriens en 2013 et 30.000 en 2014.

"Jusqu'à présent, le pays qui a répondu le plus favorablement à cette demande est l'Allemagne avec 5.000 places offertes", a observé Philippe Leclerc.

Dans un communiqué, la présidence française, sans confirmer l'engagement de François Hollande, précise qu'il "a souhaité une mobilisation internationale pour traiter le problème croissant des populations déplacées et réfugiées dans les régions en crise, s'agissant en particulier de la Syrie, de la République centrafricaine et de la République démocratique du Congo".

Il y a plus de 2,1 millions de réfugiés syriens, installés à 97% dans les pays limitrophes (Liban, Jordanie, Irak, Turquie), selon le HCR.