Plein écran
© belga

Il est temps que la saison se termine pour le Standard

Rien ne va plus pour le Standard! A domicile contre la Gantoise, équipe au plus mauvais bilan des playoffs 1, les Rouches ont été franchement dominés. Accrocheurs, les Rouches auraient pourtant pu sauver le point du partage, mais ils ont été punis à la 95e minute. C'était 1-1 à la pause suite à des buts de Dejaegere et de Bastien, et c'est un doublé de Jonathan David qui a permis à La Gantoise d'émerger en seconde période, malgré le but de Maxime Lestienne (2-3). Le Standard ne méritait pas mieux et subit sa quatrième défaite consécutive. Et ça pourrait profiter à Anderlecht, qui peut se rapprocher à trois points du Standard en cas de succès à l'Antwerp, dimanche après-midi.

Le match

Plein écran
Brecht Dejaegere avait pourtant donné l'avantage aux Gantois dès la douzième minute de jeu. © belga
Plein écran
Deuxième but de la saison pour Samuel Bastien. © photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news

C'est un début de match agréable auquel on a assisté entre deux équipes pourtant en plein doute. Quatre défaites consécutives pour la Gantoise, trois pour le Standard: les Rouches et les Buffalos devaient absolument redresser la barre et ça s'est ressenti dès le coup d'envoi. Le Standard a montré les crocs dès la première minute, mais ce sont bien les Buffalos qui ont eu les premières grosses occasions face à un Ochoa hésitant.

Mais le manque de confiance qui touche la plus mauvaise attaque des playoffs 1 (trois buts seulement avant la rencontre), n'a pas pénalisé trop longtemps les Gantois. Arnaud Souquet a allumé la mêche avec un débordement un peu trop facile, et Brecht Dejaegere, seul au petit rectangle n'a eu qu'à pousser le ballon au fond pour placer Gand aux commandes.

Un coup dur pour un Standard un peu tendre défensivement, mais pourtant muni de bonnes intentions offensives dans le premier quart d'heure. Les Rouches ont accusé le coup pendant un bon quart d'heure. Avant de s'en remettre grâce à un centre parfait du revenant Réginal Goreux pour une jolie tête plongeante de Samuel Bastien, il n'en fallait pas plus pour remettre le Standard sur le droit chemin. Un but, libérateur qui, conjugué aux sorties sur blessure de Deriijck et Dejaegere, a permis au Standard de prendre légèrement le dessus pendant quelques instants. Mais les Liégeois n'ont pas exploité leur temps fort pour passer devant avant la pause.

Et au retour des vestiaires, la physionomie du match a à nouveau changé. Bien plus inspirées dans la construction, les troupes de Thorup ont repris la possession du ballon. Les Buffalos se sont encore montrés maladroits en zone de conclusion, mais Jonathan David a su concrétiser d'une frappe puissante et imparable. Et même le but de Maxime Lestienne, 30 secondes après sa montée au jeu, n'a pas suffi au Standard. Il était écrit que les hommes de Michel Preud'homme ne gagneraient pas ce soir et c'est Jonathan David qui a surgi pour le confirmer. Le Canadien offre à Gand sa toute première victoire depuis le début des playoffs.

L'homme du match

Jonathan David
Et dire que Jonathan David aurait pu ne jamais monter au jeu ce soir. Le Canadien est entré en fin de première période, à la place de Brecht Dejaegere, blessé. Auteur d'un doublé libérateur, il redonne le sourire aux supporters gantois après un bilan d'un point sur 18 en playoffs et une finale de Coupe perdue contre Malines. Trois buts en playoffs (sur six pour la Gantoise), onze depuis le début de la saison, Jonathan David est l'incontestable meilleur buteur des Buffalos. Et il a probablement gagné ses galons de titulaire pour les deux dernières rencontres de la saison.

Plein écran
© photo_news

Le moment marquant

Bastien-Goreux: le but des revenants
Dix minutes! C'est le temps de jeu qu'avait Réginal Goreux, cette saison en championnat, avant la rencontre. Le fidèle Standardman n'avait d'ailleurs plus été titulaire depuis près de deux ans en Pro League. Mais, brassard de capitaine autour du bras, le plus ancien Rouche du vestiaire n'a eu besoin que de 30 minutes pour donner un bel assist à Samuel Bastien. Dans le onze de Preud'homme pour la première fois depuis le 19 janvier, le jeune Liégeois a, lui aussi, prouvé qu'on pouvait compter sur lui. Sa tête plongeante a redonné des couleurs au Standard qui était en plein doute avant cette égalisation. Même si ça n'a pas suffi au bonheur liégeois.

Plein écran
© belga

La stat

148
Privé de nombreux titulaires habituels (Fai, Emond, Mpoku, Carcela), Michel Preud'homme n'a eu d'autres choix que de faire tourner. La chance d'Obbi Oularé, qui n'avait plus joué depuis le 13 décembre 2018 et le déplacement d'Europa League à Akhisaspor. 148 jours plus tard, Oulare a donc retrouvé les joies de la pelouse en championnat. Et vu les absences, notamment sur le front de l'attaque liégeoise, Michel Preud'homme en aura sans doute bien besoin pour les deux derniers matchs de la saison.

Plein écran
© photo_news

Le tweet

La décla

Citation

Ca fait mal, on s'est battu, on a tout donné et c'est vraiment dur de les laisser partir avec les trois points.

Obbi Oulare, au micro de la Pro League

La question

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© photo_news

Les absences peuvent-elles tout justifier?
Michel Preud'homme s'est évidemment retranché derrière les blessures pour expliquer ce nouvel échec et on peut le comprendre. Fai, Vanheusden, Mpoku, Carcela et Emond, ce sont cinq titulaires potentiels qui étaient absents ce soir et ça fait beaucoup. Mais le propre d'une équipe comme le Standard qui joue le haut de classement, c'est aussi d'avoir un banc. Avec Bokadi, Miangue, Bastien et Goreux, l'équipe alignée avait tout de même fière allure. Sans compter qu'il y avait aussi un banc, avec Djenepo et Lestienne montés au jeu dans la dernière demi-heure.

Evidemment, on ne peut pas demander à Obbi Oulare de prester à 100%, alors qu'il reveint de blessure et qu'il a à peine dix jours d'entraînement dans les jambes. Ca manque aussi logiquement d'automatismes. Mais ce ne sont pas les seules raisons qui expliquent la mauvaise passe du Standard. Avec Bruges et Genk pour terminer, la quatrième place pourrait encore échapper aux Rouches. Ce qui paraissait pourtant improbable au soir du Clasico arrêté, il y a tout juste trois semaines...