Archive d'illustration
Plein écran
Archive d'illustration © afp

Ils retrouvent des lingots d'or dans leur jardin... mais doivent les rendre

En 2002, le couple achète une maison à Roanne, près de Lyon, avant de découvrir dans son nouveau jardin... 28 lingots d'or enterrés. Une belle histoire qui va pourtant lui attirer pas mal d'ennuis.

Sept ans après avoir acheté cette maison dans le département de la Loire, le couple découvre six lingots d'or dans le jardin, puis vingt-deux autres en 2013. La même année, ils attirent déjà l'attention de Tracfin, l'organisme du ministère français des Finances chargé de signaler les transactions suspectes dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent, relate Le Monde

Lors d'une première audition devant les enquêteurs du parquet de Roanne, ils décrivent les circonstances exceptionnelles de cette découverte pour prouver leur bonne foi. Ils expliquent également avoir respecté la procédure en déclarant leur "trésor" auprès de la police locale ainsi qu'à la Banque de France. Ils revendiquent donc la propriété de ces lingots. Devant le fait accompli, par contre: ils en ont déjà vendu quinze. 

Les enquêteurs contactent alors les propriétaires précédents. Ces derniers ne l'entendent évidemment pas de la même oreille et souhaitent récupérer leur dû. L'année suivante, ils assignent les "imposteurs" devant le tribunal de grande instance de Roanne, raconte France info. La justice leur a donné raison et considéré que la famille lésée "apportait des éléments suffisamment probants" pour établir qu'elle était bien la "propriétaire des lingots", précise Le Progrès.

Il s'avère que les grands-parents des vendeurs étaient des gens "aisés" et qu'ils avaient en effet acheté de nombreux lingots d'or tout au long de leur vie. 

Les nouveaux propriétaires ont été en appel puis en cassation pour contester le verdict. La plus haute juridiction française vient de trancher en faveur des anciens propriétaires: le couple doit donc restituer aux héritiers les cinq lingots qu'il a encore en sa possession et... rembourser les vingt-trois autres pièces déjà vendues, soit une somme totale de 642.000 euros. 

Un rêve devenu cauchemar.