Plein écran
© epa

Immense manifestation à Beyrouth contre la corruption

Des dizaines de milliers de Libanais ont exprimé samedi à Beyrouth leur rancoeur envers une classe politique jugée corrompue et incapable d'offrir les services de base, dans la plus grande manifestation jamais organisée par la société civile.

Plein écran
© epa
Plein écran
© epa
Plein écran
© epa

"Nous ne pouvons pas encore estimer le nombre de manifestants mais c'est sûrement plus que nous espérions", a déclaré à l'AFP un des organisateurs, Lucien Bourjeily. Un autre responsable Assaad Thebian avait auparavant tablé sur 50.000 personnes.

La Place des Martyrs, lieu emblématique de la capitale depuis la guerre civile qui a déchiré le pays de 1975 à 1990, était noire de monde avec une foule de drapeaux libanais.

"Que tombe le pouvoir des corrompus, à commencer par les députés", "Bye, bye aux corrompus", a notamment scandé la foule, exprimant son rejet des politiciens, absents du rassemblement.

Certains manifestants arboraient un tee-shirt blanc portant la mention "Vous puez", d'autres des drapeaux libanais sur lesquels on pouvait lire "On en a marre".

Le rassemblement s'est déroulé dans une atmosphère détendue mais après la dispersion, un groupe de jeunes masqués, torse nu, s'est déplacé vers la place Riad al-Solh, qui mène au bureau du Premier ministre. Ils ont déplacé une rangée de barbelés, mis le feu à des déchets et jeté des pierres et différents projectiles en direction des forces de sécurité qui n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Pour éviter que se répètent les violences survenues lors des premières manifestations une semaine plus tôt, imputées à des "fauteurs de troubles", les organisateurs avaient pourtant constitué un service d'ordre de 500 membres.

La police avait de son côté accroché sur la place une banderole affirmant: "Nous sommes parmi vous, pour vous, pour vous protéger".

Chaque été l'eau vient à manquer, l'électricité rationnée
Organisée par le collectif "Vous puez", la campagne de protestations a commencé avec la crise des ordures provoquée à la mi-juillet par la fermeture de la plus grande décharge du Liban et l'amoncellement des déchets dans les rues.

Mais cette mobilisation illustre surtout le ras-le-bol d'une population contre la corruption endémique, le dysfonctionnement de l'État et la paralysie des institutions politiques.

Vingt-cinq ans après la fin de la guerre, l'électricité est rationnée et chaque été l'eau vient à manquer dans de nombreuses régions à cause du manque de barrages alors que le Liban est le pays le plus arrosé du Moyen-Orient.

Plein écran
© epa
  1. Indemnités de sortie faramineuses de Nethys: les informations transmises au juge d'instruction
    Mise à jour

    Indemnités de sortie faramineu­ses de Nethys: le juge d'instruc­ti­on averti

    Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a reçu, mercredi soir, les informations relatives aux indemnités octroyées aux anciens membres du comité de direction de Nethys, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer. Elles ont été transmises dans la foulée au juge d'instruction afin d'être versées au dossier de la procédure judiciaire en cours. Le ministre va proposer, demain au gouvernement wallon de se porter partie civile dans le dossier Enodia-Nethys, a-t-on appris mercredi soir. Selon le journal Le Soir, le total de ces indemnités atteindrait près de 19 millions d’euros, dont 12 millions rien que pour Stéphane Moreau.