Plein écran
Illustration © thinkstock

Iran: 16 rebelles pendus après la mort de 14 militaires

Seize rebelles "liés aux groupes hostiles" à la République islamique d'Iran ont été pendus samedi matin après une attaque ayant tué au moins 14 gardes-frontières dans la nuit, a annoncé un responsable judiciaire local.

"Seize rebelles liés aux groupes hostiles du régime ont été pendus ce matin à la prison de Zahedan (chef lieu de Sistan Balouchistan) en réponse à la mort des gardes-frontières à Saravan", a déclaré Mohammad Marzieh, procureur général de province, cité par l'agence Fars.

"Nous avions averti les groupes rebelles que toute attaque visant la population civile ou les membres des forces de l'ordre ne resterait pas sans réponse", a-t-il ajouté. Dans la nuit de vendredi à samedi, 14 gardes-frontières iraniens ont été tués dans un accrochage à la frontière pakistanaise, a rapporté l'agence Isna.

Le vice-ministre iranien de l'Intérieur, Ali Abdollahi, a confirmé ces informations et précisé que l'accrochage était dû à des Iraniens "membres des groupes hostiles".

De plus, "trois militaires ont été pris en otage et emmenés de l'autre côté de la frontière" au Pakistan, a ajouté le vice-ministre. L'accrochage s'est produit dans une région montagneuse et difficile d'accès fréquentée par des trafiquants de drogue et des rebelles armés, selon l'agence Irna.

Ces dernières années, la province du -Balouchistan, frontalière avec le Pakistan et où vit une forte minorité sunnite, a été le théâtre d'actions sanglantes menées par les sunnites du Joundallah (soldats de Dieu).

Des trafiquants de drogue sont également très actifs dans la région, par où transite une partie de la drogue produite en Afghanistan et destinée à l'Europe ou aux pays arabes.

En octobre 2012, un attentat suicide contre une mosquée chiite avait fait au moins deux morts et plusieurs blessés à Chabahar, à l'extrême-sud de la province du -Balouchistan.