Plein écran
Benyamin Netanyahou a démenti dimanche que les navires appartenaient au groupe israélien. © epa

Israël embarrassé par des relations commerciales avec l'Iran

Les relations commerciales entre un groupe de transport maritime israélien et l'Iran font scandale en Israël, provoquant l'embarras des dirigeants qui appellent depuis des années la communauté internationale à sanctionner Téhéran et son programme nucléaire.
 
L'affaire, qui fait la une des médias, a éclaté après la décision mardi des Etats-Unis de placer sur une liste noire le groupe israélien Ofer Brothers Group et sa filiale Tanker Pacific basée à Singapour.
 
Cette sanction a été prise à la suite de la vente en septembre 2010 d'un bateau-citerne pour une somme de 8,6 millions de dollars à la compagnie maritime iranienne IRISL (Islamic Republic of Iran Shipping Lines) en violation de l'embargo international frappant Téhéran pour ses activités nucléaires controversées.
 
Dans un premier temps, le groupe des frères Ofer a démenti ces accusations et affirmé qu'il s'agissait d'un "malentendu".
 
Le président de la Chambre du commerce, de l'industrie et des mines iranienne (ICCIM), Mohammad Nahavandian, cité dimanche par les médias, a également nié que l'Iran ait acheté ce navire à une société israélienne.
 
Mais les médias israéliens sont revenus à la charge en révélant qu'au moins treize pétroliers des frères Ofer ont mouillé dans des ports iraniens au cours des dix dernières années.
 
Des documents d'Equasis, une banque de données sur la circulation maritime dans le monde, ont permis de retrouver la trace de ces tankers qui transportaient des carburants dans les ports iraniens de Bandar Abbas et de l'île de Kharg. (belga)