Plein écran
Tel Aviv, Israël © getty

Israël ferme des tunnels du Hezbollah vers son territoire

UpdateL'armée israélienne a annoncé mardi avoir lancé une opération pour boucher des tunnels du Hezbollah permettant de s'infiltrer vers son territoire depuis le Liban.

Un porte-parole des forces israéliennes, Jonathan Conricus, a indiqué que ces "tunnels d'attaque", dont il n'a pas précisé le nombre, n'étaient pas encore opérationnels, mais allaient être remblayés ou effondrés. "Nous avons lancé l'opération Bouclier du nord pour mettre au jour et déjouer la menace des tunnels d'attaque de l'organisation terroriste Hezbollah conduisant sous la frontière du Liban vers Israël", a-t-il dit.

Zone militaire fermée
L'armée opère seulement du côté israélien, a-t-il précisé. Elle a établi une zone militaire fermée dans le secteur concerné, proche de Metulla, et renforcé sa présence. 

"Nous considérons les activités du Hezbollah comme une violation flagrante de la souveraineté israélienne, et cela prouve une nouvelle fois le mépris total du Hezbollah pour les résolutions des Nations unies", a-t-il dit. Après différents conflits, Israël et le Liban demeurent techniquement en état de guerre mais la frontière est restée relativement calme ces dernières années.

Washington soutient l'opération
"Les Etats-Unis soutiennent avec force les efforts d'Israël pour défendre sa souveraineté et nous appelons le Hezbollah à mettre fin à la construction de tunnels vers Israël et à se tenir de l'écart de toute escalade et de toute violence", a indiqué John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

"Plus largement, nous appelons l'Iran et tous ses agents à mettre fin à leur agression régionale et à leurs provocations qui représentent une menace inacceptable pour les Israéliens et pour la sécurité régionale", a-t-il ajouté.

L'opération, baptisée "Bouclier du nord", est le dernier épisode en date de la confrontation entre Israël et la formation pro-iranienne ennemie de l'Etat hébreu, de part et d'autre de la Ligne bleue fixant la frontière libano-israélienne.

Le Hezbollah n'a pas encore réagi, mais la porte-parole de la Force de maintien de la paix de l'ONU positionnée dans le sud du Liban, Malene Jensen, a assuré que la situation dans la zone où opère la Finul restait "calme".