Plein écran
© reuters

Israël justifie son raid punitif

Israël a justifié mercredi un raid de son aviation sur Gaza qui a tué la femme et le fils du chef militaire du Hamas Mohammed Deif, par le fait qu'il s'agissait d'une tentative de le "liquider".

Plein écran
© belga
Plein écran
© anp

"Mohammed Deif mérite la mort comme (l'ex-numéro un d'Al-Qaïda, Oussama) Ben Laden, c'est une cible légitime, et lorsqu'une occasion se présente il faut l'exploiter pour le liquider", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la radio militaire.

Il a affirmé ne pas savoir si le chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, avait été tué durant ce raid mené dans la nuit sur la ville de Gaza.

Sur sa chaîne de télévision, Al-Aqsa, le Hamas a appelé les Gazaouis à se rendre à la mi-journée aux funérailles de la femme et du fils de M. Deif, tués lors de ce raid qui a également fait 45 blessés, selon les services de secours palestiniens.

Au total, selon les services de secours, neuf Palestiniens, dont une femme enceinte de neuf mois, ont été tués depuis la reprise des hostilités, après une trêve, entre Israël et le Hamas, alors que la guerre lancée le 8 juillet a déjà fait plus de 2.000 morts côté palestinien.

Présenté par les Israéliens comme "l'ingénieur" des brigades al-Qassam et "le cerveau" d'attentats suicide, Mohammed Deif a déjà échappé à cinq tentatives d'assassinats menées par l'Etat hébreu. Il a pris la tête des puissantes Brigades al-Qassam, après la mort dans un raid en 2002 de son prédécesseur, Salah Chéhadé.

  1. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.