Plein écran
© belga

Jan Ullrich envisagerait d'avouer dans l'affaire Puerto

Il y a une chance de voir dans quelques temps l'ancien champion cycliste Jan Ullrich reconnaître son implication dans l'affaire de dopage connue sous d''Operación Puerto'. Voilà ce qu'a laissé entendre le nouveau porte-parole de l'Allemand, Falk Nier, en marge de l'audition au Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne. Celui-ci cherche à savoir si le vainqueur du Tour 1997 a au cours de sa carrière été mêlé aux pratiques de dopage liées au médecin espagnol Eufemiano Fuentes.

L'an dernier le Comité olympique suisse avait décidé de classer le dossier à charge de Jan Ullrich, 37 ans. L'Union cycliste internationale (UCI) n'était pas de cet avis et a fait appel devant le TAS. D'où la réouverture du dossier.

Ullrich, qui a mis fin à sa carrière au début de 2007, n'était pas présent lundi devant les juges de Lausanne. L'Allemand risque une suspension à vie.

Jan Ullrich a été écarté du Tour de France 2006, à la veille du départ, pour son implication supposée dans l'affaire Puerto. Il a toujours nié les faits, qui semblent accablants, et s'être jamais dopé.

Mais selon son porte-parole, il n'est pas impossible que Ullrich révise sa position dans un temps pas trop éloigné.

"Quand le moment sera venu, Jan va revoir son attitude dans le passé. Actuellement ce n'est pas possible car il risque de nouveaux procès. Mais il est clair que nous allons agir différemment dans le futur. Il va même essayer d'informer de manière correcte ses supporters." (belga)

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.