"Je dois faire mieux pour le climat mais la Flandre aussi"

VideoLa ministre fédérale de l'Environnement Marie Christine Marghem (MR), présente à la Marche pour le climat dimanche à Bruxelles, s'est dite interpellée par le message de la Marche. Elle a par ailleurs reproché à la Flandre, au micro de VRT NWS, de "systématiquement freiner".

Le message des organisateurs de la Marche qui a réuni des dizaines de milliers de personnes, était notamment adressé à la classe politique. Les activistes reprochent à cette dernière "un manque de volonté et d'esprit de décision". La participation de la ministre Marghem a d'ailleurs suscité des commentaires.

Marie Christine Marghem a reconnu qu'elle devait faire mieux mais a aussi pointé du doigt le pouvoir régional flamand. "La Flandre freine malheureusement systématiquement lorsque nous voulons élever nos ambitions", affirme-t-elle.

"Un ministre doit gérer, pas manifester"
Des propos qui n'ont pas plu au ministre flamand de l'Energie Bart Tommelein (Open Vld). "Un ministre doit gérer et non manifester. Un ministre qui manifeste néanmoins ne doit pas raconter des mensonges sur le dos de ses collègues", écrit-il sur Twitter. En outre, la Flandre réalise de bons scores en matière d'énergies solaire et éolienne, estime-t-il.

La ministre de l'Environnement, de la Nature et de l'Agriculture Joke Schauvliege n'a pas non plus apprécié la sortie de la ministre Marghem. "Je ne participe pas à ces petits jeux", assure-t-elle. "Le gouvernement flamand a approuvé cet été un plan climat ambitieux pour la période 2021-2030, comprenant une réduction de 35% des émissions de gaz à effet de serre. Nous sommes curieux de voir le plan fédéral".

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.