Plein écran
© anp

"Je n'ai rien fait de mal, ce n'était pas mon vélo", se défend Van den Driessche

Dopage mécaniqueFemke Van den Driessche a assuré dimanche que le vélo muni d'un moteur caché qu'elle a utilisé lors des Mondiaux Espoirs de cyclo-cross, samedi à Heusden-Zolder, ne lui appartenait pas et qu'elle ignorait la présence de ce moteur.

"Ce n'était pas mon vélo mais celui d'un ami, identique au mien, mais qui s'est retrouvé dans mes mains suite à une méprise d'un mécanicien", a expliqué la jeune Belge, en larmes, lors d'une interview à la chaîne Sporza dimanche.

"Exactement le même"
"C'est exactement le même que mon vélo actuel", a précisé Van den Driessche. "Cet ami est allé reconnaître le parcours samedi avant de déposer son vélo au camion. Un mécanicien, pensant qu'il s'agissait de mon vélo, l'a nettoyé et me l'a préparé pour la course."

"Je ne suis pas une tricheuse"
"Ce garçon s'entraîne parfois avec moi et mes frères mais j'ignorais totalement qu'il avait placé un moteur. Je ne suis pas une tricheuse", a poursuivi la jeune cycliste âgée de 19 ans.

"Je n'ai rien fait de mal"
Van den Driessche s'est dite "choquée". "Je me sens très mal. Je suis consciente d'avoir un gros problème", a-t-elle ajouté. "Je n'ai pas peur de l'enquête. Je n'ai rien fait de mal", a-t-elle encore dit, consciente que sa "carrière est peut-être terminée" même si elle espère "une deuxième chance".

Aide illicite
C'est la première fois dans l'histoire du cyclisme qu'un cas de tricherie mécanique est avéré. "Le dopage mécanique est désormais une réalité", a déclaré dimanche Brian Cookson, le président de l'Union cycliste internationale (UCI). Par dopage mécanique, on entend généralement une aide illicite à la performance via un moteur électrique miniaturisé caché dans les tubes du vélo ou un système d'entraînement au niveau des roues.

  1. La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”
    Play

    La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”

    “On commence à être assez en colère, parce qu’on est toujours seuls”, déplore Delphine Godart, la mère de Simon Gautier, le Français disparu depuis une chute lors d'une randonnée en Italie voilà huit jours. Le jeune homme de 27 ans a lancé un appel au secours le 9 août, affirmant s’être cassé les deux jambes mais sans pouvoir donner sa localisation exacte. Depuis lors, les autorités n’ont pas déployé les grands moyens pour le retrouver.
  1. Deux frères se crashent en Porsche: “Il aimait rouler vite mais connaissait sa voiture par cœur”

    Deux frères se crashent en Porsche: “Il aimait rouler vite mais connais­sait sa voiture par cœur”

    Alors que la commune de Wijnegem (province d’Anvers) vient d’obtenir la promesse de voir installer un dispositif de contrôle de trajet sur la “route de la mort”, deux frères y ont été victimes d'un crash d’une extrême violence ce vendredi. La Porsche 911 turbo de Pedro, 44 ans, et Gaby, 39 ans, a été littéralement sectionnée lors de l’impact contre un arbre. L’aîné lutte pour sa vie sur son lit d’hôpital tandis que le cadet a été tué sur le coup. Ensemble, ils avaient une affaire de voiture de luxe d’occasion. “Oui, ils aimaient les voitures puissantes, mais ils les connaissaient de A à Z”.
  2. Les binômes en guerre: notre récap’ du cinquième épisode de Pékin Express

    Les binômes en guerre: notre récap’ du cinquième épisode de Pékin Express

    Ce samedi, RTL-TVI diffusait le cinquième épisode de Pékin Express dans lequel les candidats ont poursuivi leur découverte du Costa Rica. Après avoir été sauvés de l’élimination la semaine dernière, Mounir et Lydia ont repris le départ de la course avec un handicap de taille. Le fameux panneau voiture interdite a également fait son retour, au grand désespoir des binômes, qui se sont tous battus pour décrocher un merveilleux bonus: la visite d’un parc naturel uniquement accessible en avion. 7sur7 revient sur les moments forts de cet épisode.
  3. L’augmentation de la température des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    L’augmentation de la températu­re des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    Le 20 juin, une première estimation du nombre de saumons quinnats dans le fleuve Yukon, relayée par Radio-Canada, avait été déclarée “prometteuse” par Holly Carroll, biologiste du Département des Pêches et de la Chasse en Alaska. Les saumons effectuent en cette saison leur migration depuis les eaux de la mer de Béring vers leurs zones de frai en Alaska et au Yukon. Loin des chiffres enregistrés dans les années 1990, les populations actuelles sont néanmoins en légère hausse ces dernières années.