Julie Van Espen sera enterrée le 18 mai à Schilde

VideoLes obsèques de Julie Van Espen, l'étudiante de 23 ans tuée le long du canal Albert à Merksem samedi alors qu'elle avait rendez-vous avec des amies en ville, auront lieu le 18 mai prochain à Schilde, a fait savoir jeudi l'entreprise de pompes funèbres Quirijnen-Sereni. La cérémonie aura lieu à partir de 10h00 dans l'église Onze-Lieve-Vrouw-ten-Hemel-Opgenomen.

Un grand nombre de personnes est attendu aux obsèques de la jeune fille. Les personnes en charge de la cérémonie n'ont pas indiqué si des écrans seraient installés à l'extérieur de l'église.

Le corps de Julie van Espen, qui avait disparu depuis samedi, a été retrouvé lundi dans le canal à Anvers. Au moment des faits, le suspect, qui a avoué avoir tué la jeune femme, était en liberté conditionnelle dans l'attente d'un jugement en appel. En première instance, il avait été reconnu coupable de viol.

Entre 1.500 et 3.000 personnes ont participé mercredi soir à une veillée le long du canal Albert à Anvers. Une marche silencieuse est également prévue dimanche prochain. Cette action visera à protester contre les violences sexuelles et à demander un traitement plus strict de ce type de crimes.

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
  1. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.
  2. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.