Plein écran
© epa

Juncker met la pression sur Londres: "Le 12 avril est la date ultime pour adopter l'accord"

BrexitLe président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a rappelé qu'"aucune prolongation supplémentaire" ne sera accordée par l'UE si l'accord de retrait n'est pas ratifié par le Parlement britannique d'ici au 12 avril. Il a toutefois assuré que "l'Union européenne travaillera jusqu'au dernier moment" pour éviter un divorce brutal.

La première ministre britannique, Theresa May, cherche toujours une issue pour le Brexit. Ce mardi soir, après des heures de consultation avec son gouvernement, elle a annoncé qu'elle exclurait un Brexit sans accord. Elle a également demandé un nouveau délai à l'UE. Les dirigeants européens lui ont donné le feu vert il y a dix jours pour reporter le Brexit au 22 mai, si elle pouvait passer l'accord au Parlement avant le 29 mars. 

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, est prêt à donner à Theresa May jusqu'au 12 avril, a-t-il annoncé au Parlement européen ce mercredi après-midi: "Si le Royaume-Uni peut approuver un accord de sortie avec une majorité viable avant le 12 avril, l'UE devrait accepter un report au 22 mai."

Les négociations devraient se poursuivre
"Cependant, le 12 avril est la date ultime. Si le Parlement britannique ne peut pas se prononcer à cette date, il n'y aura plus de prolongation supplémentaire à court terme. Nous souhaitons le bon déroulement des élections européennes et un bon fonctionnement de l'UE", a-t-il conclu.

Juncker maintient que l'accord existant sur le Brexit est "la meilleure option", mais souhaite "faire preuve de souplesse dans la déclaration politique relative à cet accord", a-t-il déclaré. "Nous sommes ouverts à toute une gamme d'options, allant d'un accord de libre-échange à une union douanière, en passant par le marché intérieur".