Plein écran

Kadhafi joue aux échecs à la télévision (vidéo)

La télévision libyenne a montré dimanche soir des images du colonel Mouammar Kadhafi jouant aux échecs avec le président controversé de la Fédération internationale des échecs (Fide), le Russe Kirsan Ilioumjinov.

La partie s'est déroulée en présence de Mohamed, fils aîné du colonel Kadhafi, qui préside le Comité olympique libyen et qui gère le secteur des télécommunications en Libye.

Vêtu d'une abaya marron, M. Kadhafi portait des lunettes de soleil noires.

Un écran dans la salle diffusait les programmes de la télévision libyenne, avec un bandeau vert indiquant la date du 12 mai 2011.

Plus tôt, M. Ilioumjinov a indiqué dans une interview à une radio russe qu'il préparait un "grand tournoi international d'échecs" le 1er octobre à Tripoli, où il effectue actuellement une visite.

Il avait aussi affirmé à l'agence russe Interfax que le président libyen lui avait dit qu'il ne comptait pas céder le pouvoir et quitter la Libye, "soulignant que c'était sa patrie, la terre où sont morts ses enfants et petits-enfants."

M. Ilioumjinov prétend depuis plus de dix ans avoir rencontré des extraterrestres "en scaphandres jaunes" avec lesquels il a communiqué par télépathie avant de faire un tour avec eux à bord de leur vaisseau spatial.

Autres excentricités de ce multimillionnaire féru de luxueuses limousines : il a voulu recruter la légende du football argentin Diego Maradona dans un club de Kalmoukie, une république russe à majorité bouddhiste au bord de la mer Caspienne qu'il a dirigée pendant 17 ans, et doter les bergers dans la steppe de téléphones satellitaires. (belga)

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.