Plein écran
© reuters

Kate et William transformés en... Barbie!

Plein écran

A l'occasion de la première année de mariage du Prince William et de la duchesse de Cambridge, Kate Middleton, Mattel a créé deux poupées à leur effigie. Le Prince et la Princesse en plastique sont habillés tels que l'étaient leurs modèles le jour de leur mariage.

Le couple princier version "Barbie et Ken" peut déjà être commandé sur le site de vente en ligne, Amazon. La livraison du coffret avec les deux poupées n'aura pas lieu avant le 7 avril prochain, met en garde la société de jouets. Ces figurines, collector, sont vendues 100 livres (à peu près 120 euros), sans les frais de livraison.

Un couple de poupées avait déjà été créé et commercialisé par la société britannique Arklu. Les figurines des jeunes mariés étaient également habillées comme le jour du mariage des célèbres princes britanniques.

L.C.C.

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.