Plein écran
© photo_news

"L'accord BHV crée plus de problèmes qu'il n'en résout"

La N-VA a appelé mardi les négociateurs à faire toute la clarté sur l'ensemble des points de l'accord BHV engrangé par le formateur Elio Di Rupo et les huit partis associés aux négociations.
 
"Transparence"
Des propos tenus par certaines éminences francophones, il appert que les présidents de partis flamands n'ont pas dit toute la vérité sur cet accord, a indiqué mardi le député Ben Weyts, vice-président de la N-VA. La transparence doit permettre de se forger une opinion la plus complète possible à cet égard, a-t-il précisé.
 
La N-VA est d'avis qu'après l'interview de Louis Michel mardi sur Matin Première (RTBF), il se confirme que "l'accord BHV crée plus de problèmes qu'il n'en résout".
 
Se référant également au site du MR, Ben Weyts souligne que l'interprétation de l'accord est toute autre que celle qu'en ont fait les partis flamands.
 
Le MR voit l'accord comme un instrument permettant l'élargissement de Bruxelles, et qui, par ailleurs, assurera "encore plus de controverse dans la périphérie", a assuré Ben Weyts.
 
"Le prix de l'accord est trop haut"
Ce dernier a également fait observer que selon les analyses du MR, il existe clairement des accords relatifs à l'arrondissement judiciaire de BHV d'une part et à un renforcement de la Région bruxelloise d'autre part. "Mieux encore, la Constitution reconnaîtrait Bruxelles comme troisième Région à part entière", a fulminé Ben Weyts.
 
Ce dernier appelle à la plus grande transparence à propos des accords conclus. "Avec ce qu'on apprend aujourd'hui, il est clair que le prix (de l'accord) est manifestement trop haut, et encore, il y a certainement des éléments que nous ne connaissons pas", a-t-il conclu alors que les partis flamands associés aux négociations se sont jusqu'ici montrés très discrets sur l'accord BHV. (belga/acx)