Plein écran
© photo_news

L'architecte chargé des travaux: "C'est une catastrophe. J'en pleure"

Philippe Villeneuve n'était pas sur place quand l'incendie s'est déclenché dans la cathédrale. Il se confie au Parisien.

Architecte en chef chargé des travaux à la cathédrale de Notre-Dame, Philippe Villeneuve a sauté dans un train lundi soir pour rejoindre Paris. "C'est une catastrophe. J'en pleure. J'ai un lien charnel avec Notre-Dame. Je ne peux pas imaginer un tel désastre", explique le spécialiste au Parisien.

"Les flammes sont-elles liées au chantier? Est-ce un acte de malveillance? À ce stade, on ne s'explique toujours pas ce qui a pu se passer. Ce que je peux dire, c'est qu'à l'heure où s'est déclaré le sinistre, il n'y avait pas d'ouvriers sur le chantier", a-t-il affirmé.

Malgré son désespoir, l'architecte est certain de pouvoir réparer les dégâts. "Bien sûr! On ne peut pas laisser Notre-Dame dans cet état. Il faudra reconstruire les parties détruites par les flammes. On a bien reconstruit la cathédrale de Reims après les bombardements par les Allemands au cours de la Première Guerre mondiale et aujourd'hui on la voit toujours dans sa splendeur."

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.