Plein écran
© belga

L'enquête "Maddie" rouverte au Portugal

UpdateLa justice portugaise a rouvert l'enquête sur la disparition de la fillette britannique Madeleine McCann au Portugal en 2007, a annoncé jeudi le ministère public, en évoquant des "éléments nouveaux" dans cette affaire très médiatisée.

Plein écran
© belga

"Le ministère public a décidé de rouvrir l'enquête sur la disparition de Madeleine McCann sur proposition de la police judiciaire faisant état d'éléments nouveaux", a-t-il indiqué dans un bref communiqué.

La police judiciaire, qui en mars 2012 avait détaché une équipe pour réexaminer le dossier depuis Porto (nord), souhaitait rouvrir l'enquête afin de reprendre la piste d'un enlèvement organisé par un réseau pédophile, écrivait jeudi le quotidien populaire Correio da Manha.

Madeleine McCann, alors âgée de trois ans, avait disparu le 3 mai 2007 dans la station balnéaire de Praia da Luz, où séjournait sa famille en vacances.

La police portugaise avait classé l'affaire en 2008 après 14 mois d'investigations controversées, marquées notamment par la mise en examen des parents de la fillette, qui ont été ensuite blanchis.

Après avoir passé deux ans à étudier le dossier, le Royaume-Uni a officiellement ouvert sa propre enquête en juillet dernier et adressé au Portugal une demande de coopération judiciaire.

La PJ portugaise a ainsi "nommé une équipe qui réalisera les démarches requises par les autorités britanniques", avait confirmé début octobre son directeur national, José Almeida Rodrigues.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.