Plein écran
© afp

L'ex-PDG de VW inculpé de fraude en Allemagne

UpdateLa justice allemande a accéléré lundi sa marche vers un procès pénal du "dieselgate" en inculpant de fraude l'ex-PDG du Volkswagen pour avoir dissimulé le trucage de millions de véhicules diesel afin de les faire paraître moins polluants.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© epa
Plein écran
© afp

Le parquet de Brunswick a inculpé Martin Winterkorn notamment de "fraude grave", de "violation de la loi contre la concurrence déloyale" et "d'abus de confiance", écrit le parquet dans un communiqué. Le parquet a mis en accusation quatre autres personnes mais n'a précisé ni leurs identités, ni leurs fonctions passées ou présentes chez Volkswagen.

"Manipulations illégales"
L'ancien PDG, aux commandes du groupe automobile lors de l'éclatement du dieselgate en septembre 2015, est accusé "de n'avoir pas divulgué aux autorités et clients en Europe et aux USA des manipulations illégales de moteurs diesel après en avoir eu connaissance" le 25 mai 2014. On reproche aussi à M. Winterkorn, qui avait dû démissionner en raison du scandale, de "ne pas avoir empêché la vente de voitures équipées de logiciels" capables de truquer les tests de niveau de pollution.

"Dissimulation" de la fraude
Le groupe est également accusé d'avoir réalisé "avec l'accord de M. Winterkorn" en novembre 2014 une mise à jour "inutile" d'un logiciel afin de "continuer à dissimuler" la fraude.

Patron au courant
Le géant aux douze marques a admis en 2015 avoir équipé 11 millions de voitures de logiciels capables de truquer le niveau d'émissions de particules fines, les laissant apparaître moins polluantes qu'elles ne l'étaient en réalité. Volkswagen a indiqué en 2016 que son ex-patron avait été mis au courant par un "mémo" de mai 2014 d'irrégularités sur les niveaux d'émissions aux Etats-Unis. Par ailleurs, Martin Winterkorn, ingénieur de métier resté aux commandes de Volkswagen de 2007 à 2015, se vantait de connaître "chaque boulon" de ses modèles.

Procès aux Etats-Unis
Aux Etats-Unis, où Volkswagen a plaidé coupable pour fraude et obstruction à la justice, huit anciens et actuels dirigeants de Volkswagen, dont M. Winterkorn, ont été inculpés, notamment pour "fraude" et "conspiration".