Steve Bakelmans.
Plein écran
Steve Bakelmans. © DR

L'ex-petite amie de Steve Bakelmans sous le choc: "J'ai peut-être échappé au pire"

Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, a entretenu une relation amoureuse durant plusieurs mois l'année passée lorsqu'il vivait chez son oncle et sa tante à Keerbergen. Son ex-compagne, qui préfère rester anonyme, n'arrive pas à croire ce qu'il s'est passé le week-end dernier, confie-t-elle à Het Laatste Nieuws.

"J'ai été très choquée lorsque j'ai vu la photo de Steve dans les médias", explique-t-elle. "Je n'aurais jamais pu imaginer qu'il se rende coupable d'un tel acte. Steve et moi avons formé un couple durant environ neuf mois. Il a toujours été gentil avec moi et était plutôt introverti", se souvient l'ancienne copine du trentenaire. Une description qui va à l'encontre des affirmations selon lesquelles Steve Bakelmans était toxicomane, alcoolique et aggressif.

Mais une nuit, Steve a disparu dans la nature. "Il ne m'a rien dit et je n'ai plus eu de ses nouvelles depuis. Sur le moment, je ne comprenais pas. Après coup, je pense que c'est parce qu'il voulait me protéger de lui-même. J'ai peut-être échappé au pire, mais je n'ai jamais vu un meurtrier en lui. Néanmoins, il ne m'a jamais parlé de ses condamnations pour viol", déclare son ancienne petite amie, profondément choquée par ce drame.

  1. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.
  2. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.