Plein écran
Phénomène inédit, près de 2 millions de personnes ont envoyé de l'argent au sénateur de l'Illinois, un nombre sans précédent.

La campagne présidentielle américaine la plus chère de l'histoire

Plein écran
John McCain a levé 230 millions de dollars et en a dépensé 194 millions.

La campagne présidentielle précédant le scrutin du 4 novembre aura été la plus longue et la plus chère de l'histoire des Etats-Unis, avec un niveau de dépenses record, rendu possible par la collecte par les candidats de plus de 1,3 milliard de dollars.

Plus de dépenses pour Obama
Les derniers chiffres fournis fin septembre par la Commission électorale fédérale (FEC) précisent que le républicain John McCain a levé 230 millions de dollars et en a dépensé 194 millions. Son rival démocrate Barack Obama a reçu 454 millions de dollars, pour des dépenses s'élevant à 377 millions. Phénomène inédit, près de 2 millions de personnes ont envoyé de l'argent au sénateur de l'Illinois, un nombre sans précédent.

L'argent a payé d'innombrables voyages, d'opérations logistiques sur le terrain pour mobiliser les abstentionnistes et les indécis, de publicités télévisées dans les Etats susceptibles de basculer d'un camp dans l'autre, des honoraires de conseillers stratégiques...

Marathon
Aux sommes collectées par les deux finalistes s'ajoutent celles reçues lors des primaires, pour arriver au total de 1.352.470.892 dollars reçus par 27 candidats (12 démocrates, 11 républicains, et quelques "outsiders") durant ce marathon qui aura duré plus de 20 mois, de début 2007 à octobre 2008.

Selon la FEC, les démocrates ont déboursé 750 millions de dollars sur un total reçu de 834 millions, et les républicains ont dépensé 477 millions de dollars sur 513 millions recueillis.

Particuliers
Plus impressionnant encore, cet argent a été collecté auprès des particuliers (94% pour Obama, 80% pour McCain), à coups de sommes légalement limitées.

Ce plafonnement des dons remonte à 2002, avec l'adoption d'une loi sur le financement des campagnes parrainée par John McCain et un sénateur démocrate, Russell Feingold (Wisconsin) pour limiter l'influence des lobbies, des grosses sociétés ou des milliardaires en politique.

"Il est vrai qu'un électeur ne peut donner que 2.300 dollars deux fois, durant les primaires et pendant la campagne nationale à condition que le candidat ait renoncé au financement public de sa campagne (cas de Barack Obama), mais le même citoyen peut aussi offrir 28.000 dollars au parti, 10.000 dollars aux démocrates dans tel et tel Etat, et peut atteindre 108.000 dollars au total", a précisé à l'AFP Massie Ritsch, directeur de la communication de l'organisation opensecrets.org, un groupe non partisan d'évaluation de l'impact de l'argent sur les élections américaines et sur la politique.

Internet
Nouveauté de la campagne 2008, les appels à donation sur l'internet, une méthode surtout utilisée par le camp démocrate, ont attiré des centaines de milliers de jeunes, qui ont donné des sommes inférieures à 200 dollars.

Autrement, l'argent est essentiellement collecté lors des "fund raisers", ces galas de "levée de fonds" de 200 à plus de 1.000 couverts organisés par des personnalités du monde de la finance, de l'entreprise, par des notables locaux ou par des ténors du barreau.

Véritable sport national, ces rassemblements permettent d'engranger des sommes faramineuses pour le candidat, en sachant que celui-ci n'oubliera pas qui en est l'organisateur, le jour où il sera élu.

"La couleur de l'argent"
"A Wall Street, certains banquiers qui veulent avoir leur mot à dire le jour où les règles de la finance changeront sont de gros collecteurs de fonds", souligne Etienne Truchot, coauteur d'un documentaire, "Obama-McCain: la couleur de l'argent", prochainement diffusé sur la chaîne française Canal Plus.

Les deux camps s'accusent fréquemment d'irrégularités, notamment d'accepter des sommes de provenance étrangère ou venant des "organisations 527", des associations exemptées de taxe et largement financées par des particuliers, des syndicats ou des entreprises. (afp)

  1. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.