Plein écran
© getty

La Maison Blanche consternée par les violences à Kiev

La Maison Blanche a exhorté mardi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch à mettre fin à l'escalade de la violence meurtrière en cours à Kiev, prévenant que le recours à la force ne "résoudra pas la crise".

"Nous sommes consternés par les violences qui se déroulent dans le centre-ville de Kiev", a déclaré à l'AFP Laura Lucas Magnuson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), le cabinet de politique étrangère du président Barack Obama.

La violence ne résoudra pas la crise
"Nous continuons à condamner les violences de rues et le recours excessif à la force des deux côtés", autorités et manifestants, a-t-elle ajouté. "Cela ne résoudra pas la crise".

"Pour rétablir la paix et la stabilité, nous pressons le président Ianoukovitch de calmer immédiatement la situation et de mettre fin aux affrontements au Maïdan", la place centrale de la capitale ukrainienne où se massent des manifestants, a indiqué Mme Lucas Magnuson.

Après plusieurs semaines d'accalmie, de violents affrontements ont de nouveau éclaté mardi à Kiev entre opposants au président Viktor Ianoukovitch et policiers.

Six morts
Cinq civils et un policier ont été tués, selon la police alors que le ministère de l'Intérieur a fixé un ultimatum aux manifestants pour que les troubles cessent.

Vitali Klitschko, l'un des leaders de l'opposition ukrainienne, a demandé "aux femmes et aux enfants" de quitter le Maïdan, disant ne pas pouvoir exclure un assaut des forces de l'ordre.

Reprendre le dialogue
La présidence américaine demande également à M. Ianoukovitch de "reprendre un dialogue avec les dirigeants de l'opposition dès aujourd'hui pour parvenir à un consensus sur un avenir pour l'Ukraine", selon Mme Lucas Magnuson.

Ashton très préoccupée
La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, s'est déclarée mardi "très préoccupée" par "l'inquiétante escalade" de la violence à Kiev, où cinq civils ont été tués selon la police.

"Je suis très préoccupée par la nouvelle et inquiétante escalade à Kiev", a déclaré Mme Ashton dans un communiqué. "Je condamne tout usage de la violence" et "exhorte les autorités ukrainiennes à s'attaquer aux racines de la crise", a-t-elle ajouté.

"Les décisions politiques doivent être prises au Parlement" et les "responsables politiques assumer leurs responsabilités partagées pour rétablir la confiance et créer les conditions pour une solution durable à la crise politique", a-t-elle ajouté.

Cette solution doit comprendre "la formation d'un nouveau gouvernement rassembleur", "des progrès pour une réforme constitutionnelle" et "les préparatifs d'élections présidentielles transparentes et démocratiques", selon elle.

L'Otan aussi
De son côté, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, s'est également déclaré "fortement préoccupé par le retour de la violence". Il a appelé "toutes les parties à s'abstenir de toute violence et à reprendre sans délai le dialogue".