La mère de deux terroristes de Barcelone témoigne: "Des garçons tout à fait normaux"

VideoHalima, la mère de Mohamed (24 ans) et Omar Hychami (21 ans), deux des cinq terroristes tués lors de l'attentat de Cambrils, s'est exprimée devant les caméras de LCI.

Plein écran
Mohamed Hychami © epa

Elle dit ne pas comprendre ce qui s'est passé et les décrit comme des garçons sans histoire. "C'était des garçons tout à fait normaux. Ils m'aidaient, prenaient soin de moi (...) Ils avaient des emplois, ils ne volaient pas. Ils n'ont jamais eu de problème avec moi ou qui que ce soit d'autre", témoigne-t-elle.

La mère d'Omar et Mohamed affirme avoir encore vu ses fils le jour des faits.

"Les garçons étaient à la maison, ils jouaient, rigolaient. Ils étaient souriants et détendus. Jeudi, Omar a dormi jusqu'à une heure de l'après-midi puisqu'il s'était couché tard la veille (...) Il m'a dit qu'il n'allait pas déjeuner, qu'il sortait. Je l'ai appelé, il n'a pas répondu. Et c'est tout".

Sur la douzaine de membres de la cellule djihadiste à l'origine des attentats de Barcelone et Cambrils, neuf font partie de quatre mêmes familles.

Les neuf terroristes en question sont soit morts, soit en fuite, soit entendus par la police. Ils appartiennent à quatre fratries, à savoir les frères Oukabir, les frères Abouyaaqoub, les frères Aalla et les frères Hichamy. Ce phénomène de lien familial au sein de cellules terroristes n'est pas sans rappeler d'autres fratries devenues tristement célèbres lors de précédents attentats, à l'instar des frères Abdeslam ou Kouachi.

  1. Indemnités de sortie faramineuses de Nethys: les informations transmises au juge d'instruction
    Mise à jour

    Indemnités de sortie faramineu­ses de Nethys: le juge d'instruc­ti­on averti

    Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a reçu, mercredi soir, les informations relatives aux indemnités octroyées aux anciens membres du comité de direction de Nethys, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer. Elles ont été transmises dans la foulée au juge d'instruction afin d'être versées au dossier de la procédure judiciaire en cours. Le ministre va proposer, demain au gouvernement wallon de se porter partie civile dans le dossier Enodia-Nethys, a-t-on appris mercredi soir. Selon le journal Le Soir, le total de ces indemnités atteindrait près de 19 millions d’euros, dont 12 millions rien que pour Stéphane Moreau.