Plein écran
Bart De Wever. © belga

La N-VA ne veut pas trop partager le gâteau flamand

Le président de la N-VA, Bart De Wever, souhaiterait dans l'idéal qu'un gouvernement flamand se forme rapidement après les élections du 26 mai, de préférence avec seulement deux partis, a-t-il déclaré samedi en marge d'une journée de congrès sur l'enseignement. L'Anversois voit bien sûr la N-VA faire partie de ce nouveau gouvernement régional, mais refuse d'indiquer sa préférence quant à un futur partenaire. "Je n'ai que deux vétos, au sujet du PS et d'Ecolo", balance-t-il.

Le président du parti nationaliste a répété samedi que "la menace politique ne vient pas de Flandre, mais de dehors", souhaitant qu'un gouvernement flamand rapidement formé puisse faire office de "contrepoids puissant contre le front rouge et vert de Wallonie" et "assurer les intérêts de la Flandre".

Une coalition "anversoise?"
Des rumeurs persistantes veulent que Bart De Wever vise pour la région une coalition identique à son alliance anversoise, donc avec le sp.a et l'Open VLD. John Crombez, président des socialistes flamands, a cependant déclaré la semaine dernière qu'une collaboration avec la N-VA est "quasi impossible" à ses yeux. "Il avait sans doute de bonnes raisons de dire ça", a réagi le bourgmestre d'Anvers.

La N-VA lorgne sur l'enseignement
Le congrès consacré à l'enseignement est par ailleurs "une revendication du poste de ministre de l'Enseignement" pour le parti nationaliste, a laissé entendre Bart De Wever. Actuellement, le poste est occupé par la CD&V Hilde Crevits. Un tiers du budget de la Flandre est rattaché au département "enseignement".

  1. Le seul record de la COP25 aura été son retard: pas d’accord sur les marchés du carbone
    Mise à jour

    Le seul record de la COP25 aura été son retard: pas d’accord sur les marchés du carbone

    Il ne fallait pas désespérer: l’organisation de la COP25 à Madrid a annoncé un accord a minima, finalement atteint par les parties, à l'issue d’un marathon de négociations. Dans une déclaration finale commune, tous les États ont accepté de préciser en 2020 leur objectifs climatiques pour 2030. Mais ils ont aussi et surtout “prudemment” reporté à 2020 leur problème essentiel: l’article 6 de l’accord de Paris sur les mécanismes de marché des crédits carbone. Rendez-vous à Glasgow pour la COP26.