Plein écran
© photo_news

La RTBF dévoile son dispositif pour Rio 2016

Après un Euro 2016 réussi en terme d'audiences, la RTBF s'apprête à couvrir intégralement les Jeux Olympiques de Rio (6 au 21 août). La chaîne publique a présenté son dispositif pour la manifestation aux cinq cercles mercredi lors d'une conférence de presse. Tous les médias de la RTBF seront mobilisés et tenteront de couvrir au mieux ce grand événement malgré le décalage horaire avec le Brésil. La délégation belge pour ces Jeux Olympiques est composée de 105 athlètes.

La chaîne phare de la RTBF pour ce J.O sera La Deux. La journée olympique débutera à 9h avec les rediffusions des compétitions et des moments les plus marquants de la nuit. Dès 15h, les directs prendront possession de l'antenne et ce jusqu'à 23h. D'autres compétitions seront également transmises en live pendant la nuit. La radio et le web feront constamment le point sur les résultats et les réactions des différents athlètes.

La RTBF, avec une vingtaine de personnes sur place (TV et radio) et une quarantaine à Bruxelles, essayera de mettre l'accent sur les prestations des Belges. "Nous tenterons de ne rien louper de leurs performances et de leurs réactions", indique le chef des sports Michel Lecomte.

Cette première édition des Jeux en Amérique du Sud rassemblera plus de 10.500 athlètes de 206 pays qui s'affronteront sur 42 disciplines différentes au cours de 306 épreuves.

Du 7 au 18 septembre, les Jeux Paralympiques seront couverts sur place par Manu Debiève en collaboration avec la télévision locale No Télé. Les performances des athlètes belges seront suivies dans les différents rendez-vous d'information en télé et en radio.

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaité. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.
  3. Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Vers 21h ce mardi, 800.846 messages avaient déjà été envoyés et ça n’en finit pas de grimper. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.