Plein écran
Les députés Ecolo ont arboré ce t-shirt durant la séance plénière. © DR

"La STIB est le bras armé de Theo Francken"

VideoPlusieurs écologistes bruxellois, dont la cheffe de groupe au parlement Zoé Genot, ont dénoncé les contrôles dont font l'objet les sans-papiers dans le métro bruxellois. Selon eux, il s'agirait d'un travail en collaboration avec la police fédérale et l'Office des étrangers afin de faire gonfler les chiffres des arrestations des demandeurs d'asile.

Zoé Genot a interpellé ses confrères vendredi dernier, dénonçant les arrestations des sans-papiers dans le métro bruxellois. Une politique au service, selon elle, de Theo Francken. "Des femmes, hommes, enfants sont arrêtés dans les bus , trams, métros. Leur crime ne pas pouvoir montrer une autorisation de séjour. Et les contrôles STIB-police finissent dans les camionnettes qui attendent aux arrêts. Direction centres fermés. Le gouvernement bruxellois et la STIB ne peuvent être les bras armés de la politique de Francken", dénonce-t-elle sur Facebook.

"Il faudra choisir son camp"
Les Verts se sont affichés sur les réseaux sociaux avec un t-shirt pour mettant le doigt sur ces pratiques. Ils l'avaient déjà fait au parlement bruxellois lors du discours de leur cheffe de groupe. "Veut-on rester complice d'arrestations d'enfants dans nos transports en commun?", demandait Zoé Genot. "Des combis attendent les gens aux sorties des stations pour les centres fermés mais on ne veut rien voir, rien savoir. On dit qu'on contrôle juste les titres de transport alors qu'on sait très bien que l'objectif des ministres Francken et Jambon c'est d'expulser un maximum de gens. À un moment, il faudra choisir son camp, celui de la solidarité ou celui de Francken."

Du côté de la STIB, on réfute toute idée malveillante avec la police et l'Office des étrangers. Interrogée dans Sudpresse, la porte-parole Cindy Arents indique que la présence policière aux côtés des agents de la STIB est motivée par des raisons de sécurité car les contrôleurs se font parfois agresser. "Après rien n'empêche la police de contrôler les identités et d'autres aspects comme ils le font partout ailleurs. Nous ne sommes pas là pour juger le boulot de la police. À chacun son métier."

  1. Reprise des traitements de Vincent Lambert: “Du sadisme pur”
    Mise à jour

    Les parents de Vincent Lambert obtiennent la reprise des soins en appel: “Du sadisme pur”

    La cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements visant à le maintenir en vie, interrompus depuis lundi matin, jusqu’à ce qu’un comité de l’ONU se prononce sur le fond de son dossier. Les avocats des parents du Français Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des soins.