Plein écran
© photo_news

Laeticia Hallyday: "Tout ce que Laura veut, elle peut l'avoir"

La veuve de Johnny se dit "prête à pardonner".

Dans un entretien "vérité" accordé à Paris Match, et relayé par Pure People, Laeticia Hallyday, 43 ans, est revenue sur le conflit qui l'oppose aux deux enfants aînés de son mari: Laura Smet et David Hallyday. Depuis huit mois, ces derniers contestent le dernier testament du chanteur qui ne leur a rien laissé. Ils ont perdu une première bataille judiciaire en avril: le tribunal a refusé de leur accorder un droit de regard sur l'album posthume de leur père, sorti vendredi dernier. Mais la question de l'héritage n'est toujours pas réglée.

Les mains tendues
Dans le JT de TF1, Laeticia avait déjà expliqué: "C'est vraiment une histoire qui aurait pu rester en famille dans la dignité et la pudeur. Ça a été tellement violent de ne pas avoir un coup de fil et d'être assignées Jade, Joy et moi. Cela a été d'une telle violence. On aurait pu s'assoir autour d'une table et en parler entre nous." Et son discours ne change pas dans les pages de Paris Match. Elle affirme: "J'ai tendu la main. Je l'ai tendue au mois d'avril, en juin. Et ces jours-ci, je la tends encore (...) Il faut beaucoup de courage pour pardonner, souvent les gens n'y arrivent pas (...) Mes mains sont tendues comme elles l'ont toujours été."

De la pudeur
"Tout ce que Laura veut, elle peut l'avoir. Pourquoi tant de haine à mon égard?", se demande la maman de Jade et Joy. Elle est rentrée la semaine dernière à Paris pour la promotion de "Mon pays, c'est l'amour". Comment trouver un accord avec Laura et David? "C'est compliqué parce que certaines clauses de confidentialité, que j'aimerais voir respectées, ne le sont malheureusement pas toujours", explique Laeticia. "Je n'ai aucun contact avec Laura et David. Tout se passe par le biais des avocats. Or, à chaque fois que les avocats se rencontrent, le lendemain, tout se retrouve dans la presse. Ce n'est pas possible. Il faut de la pudeur. Je ne vais pas trahir les volontés de mon homme."

Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp
  1. Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Auteur de l’un des pires débuts de saisons de son histoire (5 sur 21), Anderlecht se déplace au Club de Bruges dans un contexte qui n’incite pas à l’optimisme. Alors que Vincent Kompany cherche toujours la bonne formule, il pourrait bien repêcher Trebel, snobé systématiquement jusqu’ici. Invaincus depuis le début de saison, les Blauw en Zwart auront la possibilité de reléguer les Mauves… à quinze points en cas de victoire, un gouffre après huit matchs. Si pour de nombreux observateurs, le Club de Bruges est devenu la nouvelle référence du football belge, le Sporting a la ferme intention de venir jouer les trouble-fête. En a-t-il réellement les moyens? Voici l’avis de nos rédacteurs.