Lapidés par l'EI pour des relations sexuelles hors mariage

Soupçonnés d'avoir eu des relations sexuelles hors mariage, un homme et une femme ont été lapidés sur une place publique de la ville irakienne de Mossoul, l'un des bastions de Daech.

Les photos témoignent de l'extrême barbarie de l'Etat islamique, qui repousse chaque jour les limites de l'atrocité. Les yeux bandés, les mains ligotées, les deux victimes ont été massacrées par les bourreaux du groupe terroriste, devant une foule importante. Parmi les spectateurs venus assister au "spectacle", un groupe de jeunes femmes en niqab mais aussi de jeunes garçons, dont certains perchés sur les épaules de leur père.

Acte d'accusation
Avant la mise à mort, un sympathisant de Daech a prononcé l'acte d'accusation via un microphone. Abu Ansar al-Ansari - l'homme à la barbe blanche - a lui ordonné la sentence: la lapidation pour fornication (rapport sexuel entre deux individus non mariés), strictement interdit par la charia et passible de la peine de mort.

15 personnes exécutées pour "fornication et adultère"
Au milieu de la place, on aperçoit les pierres qui serviront à tuer les deux condamnés à mort. Après l'exécution, l'une des victimes gît dans une mare de sang. De juin 2014 au 30 janvier 2015, l'OSDH (l'Observatoire syrien des droits de l'Homme) a recensé 15 personnes, dont neuf femmes, exécutées pour "adultère et fornication". L'EI et son rival djihadiste du Front al-Nosra imposent dans les territoires qu'ils contrôlent une version brutale de la charia (loi islamique).