Plein écran
© belga

Laurent Louis: "On nous matraque, dispersez-vous"

UpdateLes forces de police ont dispersé dimanche après-midi à Bruxelles quelque 500 personnes qui voulaient participer à un congrès antisémite, interdit par les autorités et auquel le polémiste français Dieudonné était convié, ce qui a signé la fin de ce rassemblement.

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

La police a utilisé des canons à eau pour disperser la foule, mais n'a procédé à aucune interpellation. Il n'y a eu aucun blessé, a-t-elle également indiqué. "C'est fini. Que tout le monde se disperse dans le calme", a déclaré le député belge Laurent Louis (extrême droite), un des organisateurs du rassemblement et du congrès antisémite qui devait avoir lieu dimanche après-midi à Bruxelles, sur la commune d'Anderlecht.

"On nous matraque, je ne veux pas qu'il y ait de blessés", a-t-il argué devant ses partisans. "On a gagné, on a montré notre pouvoir, on a montré que le violence est de leur côté, pas du nôtre", a-t-il encore déclaré.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, il restait encore une quarantaine de personnes devant la salle où aurait dû avoir lieu le congrès dit "de la dissidence".

La tenue de cet événement avait été annoncée en fin de semaine par une librairie bruxelloise et le groupuscule d'extrême droite "Debout les Belges!" du député Laurent Louis, suscitant l'indignation des associations contre le racisme et l'antisémitisme.

Par crainte de débordements, le maire d'Anderlecht, Eric Tomas, avait pris dimanche matin un arrêté interdisant le rassemblement et toute manifestation de soutien ou de réprobation. Les organisateurs avaient toutefois appelé à se rendre sur les lieux, "en famille, dans le calme et la bonne humeur". Certains manifestants étaient venus en début d'après-midi avec des ananas, en référence à une vidéo où Dieudonné détourne la chanson "Chaud cacao" d'Annie Cordy en "Shoah nanas". Des ananas ont été jetés sur les forces de l'ordre.

Une personne a été blessée à la suite d'un jet d'eau, a indiqué le porte-parole de la police, Roland Thiebault. Elle a été évacuée à bord d'une ambulance.

Une réunion privée ce soir
M. Louis a promis d'accueillir Dieudonné et Alain Soral, en route vers Bruxelles, et d'organiser ce soir une réunion "privée" avec les candidats de son groupuscule, "Debout les Belges!". Interrogé pour savoir s'il allait rembourser les gens venus assister à son "congrès" et auquel une participation de 15 euros était demandée, M. Louis a répondu par la négative en affirmant "les gens s'en fichent".

"Effet Valls"
Du côté des associations, l'heure était au soulagement. "Ce rassemblement est contre les Juifs, les homosexuels, les francs-maçons. Il est important que Bruxelles n'héberge pas la première journée de la haine", a affirmé à l'AFP Joel Rubinfeld, le président de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme.

La décision des autorités belges n'est pas sans rappeler l'interdiction en France de plusieurs spectacles de Dieudonné. Une décision qui a été validée par le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative, et a relancé un débat sur la censure et la liberté d'expression. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, a d'ailleurs vu dimanche un "effet Valls" dans l'interdiction des autorités belges.

"Ce qu'a fait Manuel Valls lorsqu'il était ministre de l'Intérieur est compris au-delà de nos frontières", a-t-il insisté, soulignant la "nécessité d'avoir une politique de fermeté face à ces réminiscences de l'extrême droite dans la forme la plus insupportable". En Belgique le Conseil d'Etat a également été saisi dimanche et un arrêté étendant la mesure d'interdiction du Congrès européen de la dissidence à l'ensemble du territoire bruxellois a été pris.

Plein écran
© belga