Plein écran
Mandzukic et Kroos (ici avec Javi Martinez) ont joué un vilain tour à Arsenal. © getty

Le Bayern en mode rouleau compresseur, Porto sur le bon chemin

VideoLe Bayern Munich a dominé Arsenal dans tous les secteurs du jeu (1-3, mi-temps: 0-2). Ce succès indiscutable des Bavarois, soit le 19e match consécutif sans connaître la moindre défaite pour Van Buyten and co, leur permet d'aborder le match retour en toute sérénité. Pour leur part, les Gunners n'ont jamais fait le poids et la tête d'Arsène Wenger ne tient plus qu'à un fil. Dans l'autre match de la soirée, le FC Porto a assuré le minimum syndical malgré une domination très nette face à Malaga (56e 1-0, but de Moutinho). Pour tous les buts de la soirée, n'hésitez pas à regarder les deux vidéos postées sour l'article.

Plein écran
Arsenal, c'est l'incarnation parfaite d'une grande écurie européenne qui ne gagne plus rien depuis 2005. © getty
Plein écran
Müller, auteur du second but bavarois. © reuters
Plein écran
Moutinho, la force tranquille du FC Porto. © afp
Plein écran
En place depuis 1996, la tête d'Arsène Wenger ne tient plus qu'à un fil à Arsenal. © getty
Plein écran
Malaga et Julio Baptista ont souffert face aux "Dragons". © ap

Cliquez ici pour revivre le direct commenté

Cliquez ici pour les plus belles photos

1 Le Bayern en démonstration
Arsenal joue-t-il dans la même cour que le Bayern Munich? Après le duel de ce soir disputé dans un "Emirates Stadium" plein à craquer, on n'en a pas l'impression. Très impressionnants au niveau de la fluidité du jeu et de la puissance physique, les Bavarois ont dominé leurs adversaires dans tous les secteurs du jeu. La cruelle réalité entre une équipe à la peine (Arsenal) et une autre qui carbure à plein régime (19 matches d'affilée sans défaite toutes compétitions confondues pour le Bayern). En un peu plus de 20 minutes à peine (7e Kroos et 21e Müller), les Bavarois avaient déjà plié ce huitième de finale. Même si Podolski (55e) avait redonné des couleurs à Arsenal, Mandzukic (77e) s'est chargé d'assurer, sauf catastrophe, la qualification du Bayern Munich pour les quarts de finale de la Ligue des Champions.

2 La fin de l'ère Wenger?
Depuis son arrivée à la tête d'Arsenal en 1996 (déjà!), il n'avait jamais essuyé autant de critiques. La direction londonienne a même dû rassurer tout le monde en précisant qu'elle maintenait toujours sa confiance en Arsène Wenger: "Nous ne l'avions jamais vu aussi fâché". Un signe qui ne trompe pas. Le règne d'Arsène Wenger à la tête des Gunners touche probablement à sa fin. Les Londoniens sont largués en Premier League (5e à 21 points de ManU) et l'élimination surprise en FA Cup face à Blackburn (0-1) a visiblement laissé des séquelles chez Vermaelen and co. Arsenal, c'est l'incarnation parfaite d'une grande écurie européenne qui ne gagne plus rien. Un boulet que les Gunners traînent derrière eux depuis quelques années maintenant. Leur dernier titre en date remonte en 2005 (FA Cup). Les chiffres, bien que cruels, ont toujours le mérite d'être éloquents.

3 Porto plus fort mais...
Sans exagérer, dire que la rencontre entre le FC Porto et Malaga s'est disputée à sens unique est un doux euphémisme. Les "Dragons", sans Steven Defour (forfait en raison d'une blessure musculaire), se sont procurés quasiment une bonne vingtaine d'occasions (plus de 60% de possession). Avec, au final, "seulement" un but signé João Moutinho en position de hors-jeu (56e, assist d'Alex Sandro). Si ce but d'avance vaut tout de même son pesant d'or pour le FCP, le match retour à Malaga reste très ouvert et intéressant. Réponse le 13 mars prochain dans l'enfer de la "Rosaleda".

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap
Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
Plein écran
© epa
Plein écran
© ap