Plein écran
© photo_news

Le cdH demande la convocation de Degueldre après son courrier intimidant

Le groupe cdH du parlement bruxellois a demandé mercredi la convocation dans les plus brefs délais du président démissionnaire du Samusocial M. Michel Degueldre, pour déterminer le plus rapidement possible, après l'avoir entendu, les suites judiciaires à donner au courrier de tentative d'intimidation envoyé par celui-ci au chargé de communication de l'association.

L'existence de courrier a été portée à la connaissance de la commission d'enquête sur le Samusocial et du public mercredi après-midi via un relai de son contenu sur les medias sociaux, au grand dam de plusieurs commissaires. Ceux-ci étaient certes scandalisés par la démarche du président du CA, mais aussi troublés par cette diffusion attribuée à Alain Maron (Ecolo). Selon eux, M. Degueldre n'a pas encore été interrogé à ce sujet, et le document fait apparaître plusieurs adresse e-mail de destinataires.

M. Degueldre y demande au chargé de communication de faire des recherches sur "la vie, les études, habitudes convictions et amis des deux vedettes journalistiques du Vif et de la RTBF, ainsi que du député Ecolo (ndlr: Alain Maron)" dont il aimerait connaître les motivations (ndlr: dans la recherche d'information sur l'attribution de jetons de présence au Samusocial). "L'époque des 'gentils' est terminée", conclut ce mail.

Dénonçant, comme l'ensemble des membres de la commission d'enquête, ces "tentatives d'intimidation", le groupe cdH a demandé que "le président démissionnaire de l'asbl soit convoqué dans les plus brefs délais - et rappelé de vacances s'il échet - pour déterminer le plus rapidement possible, après l'avoir entendu, les suites judiciaires qu'il y a lieu ou non de donner à ces manœuvres dictatoriales, voire de caractère mafieux".

Selon l'agenda prévisionnel du bureau de la commission, M. Degueldre devrait être entendu par les commissaires mercredi prochain.

Mercredi après-midi, les trois directeurs opérationnels du Samusocial, disant avoir été surpris, voire scandalisés par une telle démarche, ont assuré qu'ils n'avaient donné aucune suite favorable à ce courrier.