Le grand mufti de Syrie, Ahmad Bader Hassoun et l'évêque Antoine Godo, president de l'épiscopat chaldéen de Syrie saluent les députés européens.
Plein écran
Le grand mufti de Syrie, Ahmad Bader Hassoun et l'évêque Antoine Godo, president de l'épiscopat chaldéen de Syrie saluent les députés européens.

Le grand mufti de Syrie veut des églises dans les pays musulmans

Plein écran
Plein écran

Le grand mufti de Syrie, Ahmad Bader Hassoun, a plaidé mardi, dans l'enceinte du Parlement européen, en faveur de la mise à disposition de lieux de culte pour les chrétiens vivant dans les pays musulmans.

"Je souhaite que chaque chrétien qui vit dans un pays musulman puisse avoir une église pour prier", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, en réponse à une question d'un journaliste. "Pour peu qu'il y ait une seule famille (non-musulmane) dans une ville, elle a le droit à un temple, une église, une synagogue", a-t-il ajouté.

Le grand mufti s'est adressé à la presse après avoir prononcé un discours devant les eurodéputés, dans lequel il a prêché en faveur de la tolérance et du dialogue entre les cultures. Interrogé sur l'affaire des caricatures danoises, il a accusé les médias d'avoir attisé l'indignation des musulmans. "Certaines chaînes choisissaient le vendredi, une heure avant la prière, pour diffuser ces informations afin d'avoir des images de musulmans en colère", a-t-il dit.

Le grand mufti a minimisé cette polémique, qui avait à l'époque suscité des réactions enflammées dans plusieurs pays islamiques. Elle n'a pas été un conflit "entre le monde musulman et le Danemark, mais plutôt entre un caricaturiste et des musulmans", a-t-il dit. Ancien professeur d'université et député syrien, Ahmad Bader Hassoun a été élu grand mufti de la République en 2005. Il a été invité au Parlement européen, dans le cadre de l'année du dialogue interculturel. (belga)