Plein écran
© epa

Le Hamas derrière l'attentat contre le Premier ministre?

Le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé lundi le Hamas d'être directement impliqué dans l'attentat à la bombe de la semaine dernière contre le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah, et a annoncé de futures sanctions contre le mouvement islamiste.

Plein écran
© ap
Plein écran
© ap
Plein écran
© ap
Plein écran
© epa

Le convoi de Rami Hamdallah avait été la cible d'un attentat à la bombe le 13 mars lors d'une rare visite dans la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas. Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne s'en était sorti indemne.

Abbas accuse le Hamas
Le Hamas est "derrière l'attentat", a dit M. Abbas dans un discours à Ramallah. Si l'attentat avait réussi, il aurait "ouvert la voie à une guerre civile sanglante" entre organisations palestiniennes, a-t-il ajouté. L'Autorité qu'il dirige va prendre des "mesures nationales, légales et financières" en réponse, a-t-il affirmé.

Querelles désastreuses
L'Autorité, reconnue internationalement et censée préfigurer un Etat palestinien indépendant, a été évincée de force de la bande de Gaza en 2007 par le Hamas, ennemi d'Israël et infréquentable pour une partie de la communauté internationale. Une décennie de querelles désastreuses a ensuite opposé les organisations palestiniennes.

Réconciliation compromise
L'Autorité n'exerce plus ses prérogatives limitées que sur des fragments de Cisjordanie, occupée par Israël. Le Hamas a accepté en octobre de rétrocéder à l'Autorité le pouvoir à Gaza, au moins civil. Mais le processus de réconciliation est à nouveau à l'agonie.

Plein écran
© epa