Plein écran
© getty

Le maillot de Beckham ne se vend pas autant que prévu

L'effet Beckham n'avait pas encore pleinement atteint la boutique du Paris SG, vendredi sur les Champs-Elysées, alors que les premiers maillots de l'icône internationale sont en vente depuis 10h00, suscitant surtout curiosité aux abords de l'échoppe.

Plein écran
© afp
Plein écran
© getty
Plein écran
© getty
Plein écran
© getty
Plein écran
© afp
Plein écran
© getty
Plein écran
© getty

Sur la devanture, "Zlatan" occupe encore la part du lion, accompagné de Jérémy Menez et du Brésilien Alex. Mais Beckham a déjà profité de la nuit pour grignoter de la place dans la devanture. Sur le côté droit, deux maillots de la star - un bleu, pour les matches à domicile, l'autre rouge pour l'extérieur - aguichent les passants, qui se font rares au moment de l'ouverture.

A 10h00, les employés ouvrent précautionneusement les portes. C'est trop zélé, au vu de l'affluence: trois personnes s'engouffrent de suite dans le magasin, soit deux fois moins de clients que de journalistes...

Le premier client "n'est pas du tout venu pour Beckham, mais pour acheter des billets pour les matches".

Les deux autres, en revanche, sont venus pour le "Spice Boy".

"Il a de la classe, il est charismatique", explique Nahim Moulai, qui travaille dans le secteur des Champs.

"Je suis un supporteur du PSG depuis de très longues années, j'ai le maillot de l'an dernier mais je n'ai pas encore celui de cette saison. Quand j'ai entendu que Beckham signait, je me suis décidé", sourit-il.

Pour lui, l'effet Beckham a donc marché à plein.

"Si ça avait été un autre joueur, je ne serais pas venu ce matin. J'aurais certainement attendu le printemps pour m'acheter le maillot", avoue-t-il.

A l'intérieur de la boutique, les maillots floqués Beckham occupent une bonne part du rez-de-chaussée.

110 euros le maillot
A droite, les maillots pour adultes, vendus à 110 euros comme pour n'importe quel joueur du PSG. A gauche, ceux pour enfants, qui devront casser leur tirelire à hauteur de 85 euros pour se l'offrir.

Un maillot pour enfant, c'est justement ce qu'est venu acheter Raphaël, qui explique: "C'est pour mon fils, qui a 12 ans aujourd'hui".

Il se décide pour un maillot bleu, qu'il fait donc floquer au nom de la star anglaise, en 10 minutes.

Les responsables du magasin préfèrent rester discrets sur le nombre de maillots supplémentaires qu'ils ont reçu durant les dernières heures.

Tout juste apprendra-t-on que c'est comme tout le monde, vers 17h00 jeudi, qu'ils ont eu la confirmation de la signature de l'icône.

Une demi-heure avant l'ouverture du magasin, ce vendredi matin, les équipes s'affairaient donc encore à organiser la disposition de la boutique. Une camionnette blanche en bloquait l'accès, cependant que les paquets passaient du véhicule au bâtiment.

Dehors, sans forcément s'arrêter, les passants jetaient un oeil vers les lieux, visiblement curieux. Placer le PSG un peu plus encore au centre des attentions, voilà au moins la première conséquence de "l'effet Beckham".

Plein écran
© photo_news
  1. “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    “Ils voulaient vivre le rêve américain”: l’histoire derrière la photo déchirante d’Oscar et sa petite fille

    La photo des corps inertes d’Oscar Alberto Martinez Ramirez, un migrant salvadorien de 26 ans, et de sa petite fille Valeria, 23 mois, gisant le long des rives du Rio Grande, bouleverse le monde entier. Emportés par le courant, ce père de famille et sa fillette se sont noyés en voulant traverser le fleuve qui sépare les Etats-Unis du Mexique. Ils aspiraient à une vie meilleure et voulaient vivre le rêve américain. “Ils sont morts dans les bras l’un de l’autre”, témoigne la maman d’Oscar, anéantie.