Plein écran
© getty

Le maire-boxeur de Kiev tête de liste aux législatives en Ukraine

Le maire de Kiev et célèbre boxeur Vitali Klitschko sera la tête de liste du parti du président ukrainien Petro Porochenko pour les législatives anticipées du 26 octobre que le principal parti pro-russe a décidé de boycotter, a-t-on appris dimanche.

"Le pays a plus que jamais besoin d'unité nationale et de consolidation. Voilà pourquoi j'ai accepté de devenir tête de liste du Bloc Porochenko", a déclaré M. Klitschko lors d'un congrès du parti présidentiel, selon son service de presse. M. Klitschko, élu en mai maire de Kiev et qui dirige le mouvement pro-européen Oudar ("Coup"), a fait partie des leaders de la contestation qui a abouti, après des affrontements meurtriers entre manifestants et forces de l'ordre sur la place Maïdan, à la chute en février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch.

D'abord candidat à la présidentielle, ce champion du monde des poids lourds WBC s'est ensuite retiré pour soutenir le milliardaire Porochenko. Ce dernier a remporté le scrutin présidentiel en mai avec près de 55% des voix.

Le Parti des régions de M. Ianoukovitch, qui dominait le Parlement jusqu'à sa chute, a en revanche annoncé qu'il allait boycotter les législatives en raison du conflit armé entre les forces gouvernementales et les rebelles prorusses dans l'Est du pays, qui a fait plus de 2.700 morts en cinq mois.

L'ancienne Premier ministre et opposante Ioulia Timochenko a de son côté cédé symboliquement sa traditionnelle place en tête de liste de son parti Batkivchtchina à la pilote de l'armée ukrainienne Nadia Savtchenko, devenue héroïne nationale après sa capture par des rebelles prorusses suivie de son emprisonnement en Russie. Mme Savtchenko, considérée comme prisonnière politique en Ukraine, est accusée en Russie d'être impliquée dans la mort de deux journalistes russes tués en juin dans l'est de l'Ukraine, ce qu'elle nie. Le Parlement ukrainien compte 450 députés élus pour cinq ans et qui ont notamment le pouvoir de nommer et limoger les ministres.