Plein écran
© afp

Le mystère de l'étang rouge

Un point d'eau situé dans les Côtes-d'Armor a pris une couleur particulière vendredi dernier. Un phénomène inquiétant pour la vie aquatique.

Cette affaire aurait pu être le titre d'une nouvelle aventure de Ric Hochet. Car le mystère de l'étang rouge tient en éveil les habitants de Saint-Julien, municipalité proche de Saint-Brieuc, dans les Côtes-d'Armor. Vendredi, l'étang d'un particulier a été recouvert d'une curieuse nappe rouge sur toute sa surface.

Une apparence singulière due à une plante invasive, nommée Azolla Filiculoïde, originaire d'Amérique du Sud. Il n'est pas rare que cette fougère aquatique se développe dans nos contrées. Verte au départ, elle peut prendre différentes teintes, passant de l'orangé au rouge en fin de saison chaude.

Sa prolifération peut potentiellement entraîner la mort de toute vie aquatique du plan d'eau touché. Raison pour laquelle les autorités environnementales de Bretagne s'inquiètent de la voir se propager à d'autres cours d'eau ou encore à la réserve d'eau potable de la région.

Raison pour laquelle elles ont installé une bâche flottante pour confiner cette plante fulgurante, dont la présence en Bretagne pourrait être due à une graine déposée par un oiseau ou à l'indélicatesse d'un habitant qui aurait déversé son aquarium.

Ouest-France on Twitter

Insolite. Une curieuse nappe rouge recouvre un étang des Côtes-d'Armor http://ebx.sh/1VJfZks pic.twitter.com/x0B6ABHyRg

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”, affirme un spécialiste

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”, affirme un spécialis­te

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Pia aurait été traitée plus rapidement si elle était née en Wallonie

    Pia aurait été traitée plus rapidement si elle était née en Wallonie

    La Belgique se mobilise pour aider la petite Pia, âgée de 9 mois et atteinte d’amyotrophie spinale. Pia avait quatre mois quand ses parents ont commencé à s’inquiéter pour son état de santé. “Si on la mettait sur le ventre, elle ne faisait rien avec la tête. Elle restait allongée”, racontait sa maman cet été à De Morgen. Les parents avaient un point de comparaison: le frère aîné de Pia, Briek, qui au même âge “tenait sa tête fermement vers le haut”.
  3. L'office des étrangers remet les visites domiciliaires sur le tapis

    L'office des étrangers remet les visites domiciliai­res sur le tapis

    L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi. Une invitation étrange, étant donné que le gouvernement est en affaires courantes et que ce projet de loi controversé date de la législature précédente.