Plein écran
Vias constate une hausse de morts dans la catégorie des seniors (de 87 à 97) et notamment lorsqu'un camion est impliqué, une situation dans laquelle le nombre de tués a doublié (de 12 à 24). (Photo d'illustration). © Mozkito

Le nombre de morts sur les routes diminue, mais tout n'est pas positif

UpdateLe nombre de morts a baissé pour la 3e année consécutive sur les routes belges. En 2018, le nombre de tués (440) a baissé de 7,4% par rapport à 2017. Trente-cinq vies ont été sauvées, indique lundi l'institut Vias qui publie son baromètre de la sécurité routière. "Jamais auparavant, nous n'avions enregistré aussi peu de victimes", se réjouit Vias qui signale toutefois une hausse de tués chez les séniors, cyclistes et motards.

L'an dernier, le nombre de tués sur place a chuté de 7,4% par rapport à la même période en 2017 (soit 440 tués sur place contre 475). C'est presque deux fois moins qu'il y a 10 ans (847), selon Vias. A ce nombre, il faut ajouter 590 personnes qui sont décédées dans les 30 jours suivant l'accident (615 en 2017).

Moins de tués, mais davantage d'accidents et de blessés
Le nombre d'accidents a légèrement augmenté, passant de 37.798 à 38.197 (+1,1%) et le nombre de blessés à légèrement augmenté de 0,5% (48.541 blessés contre 48.314 en 2018).

La plus forte diminution en Wallonie
Une fois n'est pas coutume, la Wallonie a de quoi se réjouir puisque c'est elle qui enregistre la plus forte baisse de tués sur les routes parmi les trois Régions du pays (-13%). En Flandre, cette diminution ne s'élève qu'à 3% et le nombre de tués a d'ailleurs légèrement augmenté en Région bruxelloise (de 15 à 16 tués).

Une année meurtrière pour les deux roues
Si le nombre d'automobilistes qui ont perdu la vie sur les routes a diminué, l'année 2018 a été une année particulièrement meurtrière pour les deux roues, déplore Vias. Ainsi, au niveau national, le nombre de tués a augmenté chez les cyclistes (de 40 à 44 tués) et les motards (de 64 à 71 tués), mais la hausse du nombre de victimes parmi les cyclistes vaut uniquement pour la Flandre et Bruxelles; celle du nombre de motards seulement pour la Wallonie. Les conditions météo particulièrement clémentes cet été ont certainement joué un rôle dans ce phénomène, pointe Vias.  

Inquiétant: le nombre de seniors tués dans un accident impliquant un camion a doublé
L'institut constate par ailleurs une hausse de morts dans la catégorie des seniors (de 87 à 97) et notamment lorsqu'un camion est impliqué, une situation dans laquelle le nombre de tués a doublé (de 12 à 24).

Le plus encourageant: 70% de morts en moins chez les jeunes en 10 ans
A l'inverse, et c'est remarquable, le nombre de tués dans les accidents impliquant un jeune automobiliste a baissé de plus de 70% (de 185 en 2009 à 50 en 2018). On compte également 38% d'accidents en moins dans cette catégorie d'âge, sur la même période.  

François Bellot: "Chaque décès sur les routes est un mort de trop"
François Bellot, ministre fédéral de la Mobilité (MR) accueille évidemment avec satisfaction ces résultats positifs pour la plupart.  

"Pour la 3e année consécutive, le nombre de tués sur nos routes est en baisse dans notre pays. Depuis 2014, cela représente une diminution d'environ 20%. C'est une tendance positive et encourageante, fruit d'un travail tant au niveau de la sensibilisation que de la répression. Certaines mesures doivent encore montrer leurs effets dans les prochains mois, notamment l'imposition de l'éthylotest antidémarrage pour certains contrevenants. Je suggère d'organiser de nouveaux Etats Généraux de la Sécurité Routière début 2020 afin de se fixer de nouveaux objectifs et d'émettre des recommandations pour encore réduire le nombre d'accidents et essayer d'identifier des actions ciblant les groupes à risque. J'observe une évolution préoccupante pour les deux-roues. Je suis convaincu que les différentes mesures qui visent à protéger ces usagers vulnérables dans le nouveau Code de la Route contribueront à améliorer la situation. Chaque décès sur les routes est un mort de trop. Nous devons continuer les efforts et sensibiliser la population car cela nous concerne tous", conclut le ministre libéral.

Plein écran
François Bellot, ministre fédéral de la Mobilité (MR). © photo_news
  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.