Le parti Islam sous influence iranienne

Les deux élus du parti musulman Islam ont reçu les félicitations officielles de l'organisation mondiale chiite Ahl ul-Bayt, basée à Téhéran, qui les invite à se rendre dans la capitale iranienne, peut-on lire vendredi dans le journal Le Soir.

Le principal leader du parti Islam, Redouane Ahrouch, est chiite, mais il déclare que "la liste Islam est un parti islamique et rien d'autre". "On ne se considère pas comme chiites; nous militons pour le droit de tous les musulmans", précise Abdelhay Bakkali, président de la section bruxelloise du mouvement.

Et M. Ahrouch d'ajouter que "les Iraniens ne sont pas les seuls à se réjouir. Nous avons aussi reçu des félicitations d'Egypte: nos frères sont heureux de voir qu'une lumière puisse naître pour les musulmans dans une des principales capitales du monde occidental".

En attendant, du côté de Téhéran on salue la percée bruxelloise du parti et ses deux élus ont reçu les "félicitations sincères" du responsable des Affaires internationales d'Ahl ul-Bayt, Muhammad Salar. Les élus bruxellois ont été invités à se rendre, ce week-end, à Téhéran en compagnie d'autres élus musulmans originaires d'Allemagne et de Grande-Bretagne.

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois jamais être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.