Plein écran
Illustration. © ap

Le plus grand stade d'Iran va accueillir un match de foot féminin pour la première fois

Le plus grand stade d'Iran accueillera un match de l'équipe nationale féminine de football, une première depuis la Révolution islamique de 1979, a rapporté dimanche l'agence semi-officielle Isna.

L'équipe féminine d'Iran affrontera la Russie au stade Azadi ("Libérté" en persan) à Téhéran, pour un match amical, dans le cadre des préparations en vue des Jeux olympiques de Tokyo en 2020, a indiqué à Isna le président de la fédération de football, Mehdi Taj.

Seules les femmes seront autorisées à assister à ce match pour lequel aucune date n'a été fixée pour l'instant.

Depuis la Révolution islamique de 1979, les femmes n'ont pas le droit de se rendre dans les stades en Iran pour voir des hommes jouer au football, officiellement pour les protéger de la grossièreté masculine.

Depuis lors, des Iraniennes ont été autorisées à assister à des matchs de football masculin en de très rares occasions, et toujours en nombre limité. La première fois a eu lieu en 2005 lorsqu'une dizaine d'entre elles a assisté à une rencontre entre Iran et Bahreïn.

Les occasions se sont multipliées cette année: en novembre, près de 850 femmes ont ainsi assisté à la finale de la Ligue des champions d'Asie à Téhéran, installées dans une tribune séparée de celle des hommes.

En octobre, une centaine de femmes avaient aussi été autorisées à assister à un match amical et en juin, des femmes avaient pu regarder au stade Azadi des retransmissions des matches de l'équipe iranienne masculine lors du Mondial 2018.

L'interdiction des femmes dans les stades continue néanmoins de diviser la classe dirigeante.

L'actuel président Hassan Rohani, un conservateur modéré, a dit à plusieurs reprises sa volonté de voir les femmes accéder aux stades.

En octobre, le procureur général du pays avait lui estimé que la présence de femmes dans le stade pouvait mener "au péché".



  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.