Plein écran
© ketnet

Le président du Vlaams Belang dans une émission pour enfants de la VRT

Wies Descheemaeker, un responsable du syndicat socialiste au sein de la VRT, la chaîne publique flamande, dénonce dimanche la présence du président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, dans une émission diffusée sur Ketnet, la chaîne pour la jeunesse de la VRT. Selon le syndicaliste, une nouvelle limite a été franchie et "l'extrême-droite n'est plus seulement normalisée mais également rendue chouette et sympa pour les enfants".

Lors de l'émission "De Grote Karrewiet Verkiezingsshow", 60 jeunes Flamands ont eu la possibilité de poser leurs questions directement aux présidents des principaux partis flamands, à savoir Bart De Wever (N-VA), Meyrem Almaci (Groen), Gwendolyn Rutten (Open VLD), Wouter Beke (CD&V), John Crombez (SP.A) mais aussi Tom Van Grieken, du Vlaams Belang.

Si Wies Descheemaeker salue la qualité de l'émission "Karrewiet", "connue pour rendre accessibles aux jeunes consommateurs de médias des faits d'actualités complexes et souvent sensibles", le responsable syndical n'en revient pas que le président du Vlaams Belang ait pu participé à ce numéro spécial en vue des élections. Il dit avoir été contacté avant, pendant et après l'émission par de nombreux militants syndicaux eux aussi mécontents d'y voir apparaître le président du Vlaams Belang.

Le responsable syndical regrette également l'absence de contextualisation. "Les jeunes téléspectateurs ont vu une fête foraine ou une fête de famille avec six oncles et tantes plus ou moins sympathiques qui ont pu au passage délivrer au monde des enfants leur opinion politique sur la société. Mais dans ce contexte, la figure de Tom Van Grieken et ses idées rances étaient inappropriées et allaient un pont trop loin", épingle Wies Descheemaeker.

  1. Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Elle est le “cauchemar de l’Horeca sur la côte”

    Nadine W., 48 ans, risque deux mois de prison et une amende d’au moins 3.200 euros pour délit de grivèlerie le 28 avril dernier. Elle avait alors commandé une assiette de croquettes au fromage et un café pour une dizaine d’euros à la Casa Nostre, à La Panne, avant de quitter l’établissement sans régler la note. La femme n’en est pas à son coup d’essai. Elle est en effet connue des restaurateurs depuis des mois comme “le cauchemar de l’Horeca sur la côte”.