Plein écran
© ketnet

Le président du Vlaams Belang dans une émission pour enfants de la VRT

Wies Descheemaeker, un responsable du syndicat socialiste au sein de la VRT, la chaîne publique flamande, dénonce dimanche la présence du président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, dans une émission diffusée sur Ketnet, la chaîne pour la jeunesse de la VRT. Selon le syndicaliste, une nouvelle limite a été franchie et "l'extrême-droite n'est plus seulement normalisée mais également rendue chouette et sympa pour les enfants".

Lors de l'émission "De Grote Karrewiet Verkiezingsshow", 60 jeunes Flamands ont eu la possibilité de poser leurs questions directement aux présidents des principaux partis flamands, à savoir Bart De Wever (N-VA), Meyrem Almaci (Groen), Gwendolyn Rutten (Open VLD), Wouter Beke (CD&V), John Crombez (SP.A) mais aussi Tom Van Grieken, du Vlaams Belang.

Si Wies Descheemaeker salue la qualité de l'émission "Karrewiet", "connue pour rendre accessibles aux jeunes consommateurs de médias des faits d'actualités complexes et souvent sensibles", le responsable syndical n'en revient pas que le président du Vlaams Belang ait pu participé à ce numéro spécial en vue des élections. Il dit avoir été contacté avant, pendant et après l'émission par de nombreux militants syndicaux eux aussi mécontents d'y voir apparaître le président du Vlaams Belang.

Le responsable syndical regrette également l'absence de contextualisation. "Les jeunes téléspectateurs ont vu une fête foraine ou une fête de famille avec six oncles et tantes plus ou moins sympathiques qui ont pu au passage délivrer au monde des enfants leur opinion politique sur la société. Mais dans ce contexte, la figure de Tom Van Grieken et ses idées rances étaient inappropriées et allaient un pont trop loin", épingle Wies Descheemaeker.

  1. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.
  2. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.