Plein écran
© Emily Berl

Le réalisateur belge Lukas Dhont sera juré à Cannes

Le jeune réalisateur flamand Lukas Dhont, dont le long métrage "Girl" avait remporté la Caméra d'Or du meilleur premier film l'an dernier, fera partie du jury de la section "Un certain regard", a annoncé mardi le festival de Cannes.

C'est la réalisatrice et actrice libanaise Nadine Labaki, prix du Jury 2018 pour son film "Capharnaüm", qui présidera le jury d'Un Certain Regard au 72e festival de Cannes.

A ses côtés se trouvera notamment Lukas Dhont, qui avait présenté son film "Girl" dans la section Un certain regard l'an dernier. Outre la Caméra d'Or, il était reparti avec un prix d'interprétation pour l'acteur Victor Polster, le prix indépendant "Queer Palm" pour son traitement des thématiques altersexuelles ainsi que le prix Fipresci des critiques de cinéma internationaux. Celui qui est né à Gand travaille actuellement sur son deuxième long métrage.

Les autres membres du jury sont l'actrice française Marina Foïs, la productrice allemande Nurhan Sekerci-Porst et le réalisateur argentin Lisandro Alonso.

Ensemble, ils délivreront leur palmarès le vendredi 24 mai.

La section "Un certain regard" présente des films dits atypiques ou de réalisateurs encore peu connus. Le Festival de Cannes se tiendra du 14 au 25 mai dans la ville côtière française.



  1. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.
  2. Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Depuis des années, il reçoit des pizzas qu’il n’a jamais commandées: “Je tremble dès que j’entends une mobylette”

    Jean Van Landeghem, un sexagénaire de Turnhout, a la phobie des pizzas. Voilà neuf ans que des livreurs se présentent régulièrement à sa porte. Une fois avec cinq pizzas, parfois huit. “À n’importe quelle heure du jour. Un jour, ils sont même venus me livrer 14 pizzas en une seule fois”, explique-t-il dans Het Laatste Nieuws. Le problème? Il n’a jamais commandé de pizza de sa vie.