belga
Plein écran
© belga

Le sud du pays, épicentre des actions contre l'austérité

La Wallonie, et singulièrement les transports en commun du sud du pays, était davantage touchée que la Flandre mercredi par les conséquences de l'appel lancé, contre l'austérité, par la Confédération européenne des syndicats (CES).

  1. "Les personnes qui sont à Bruxelles doivent pouvoir rentrer chez elles"

    "Les personnes qui sont à Bruxelles doivent pouvoir rentrer chez elles"

    "Dans les discussions au sujet de l'action qui a été menée aujourd'hui/mercredi, j'ai toujours dit que les personnes qui ont pu rejoindre Bruxelles devaient pouvoir rentrer à leur domicile", a déclaré Jean-Pierre Goossens, le président néerlandophone de la CGSP-Cheminots, en réaction à l'actuel blocage à la gare de Bruxelles-Nord. "Nous n'avons pas toujours en main la rapidité avec laquelle un tel blocage peut être levé."
  1. Chaos sur le rail, des piquets de la FGTB contestés
    Grève en Europe

    Chaos sur le rail, des piquets de la FGTB contestés

    Les actions syndicales menées ce 14 novembre dans le cadre de la journée européenne d'action contre l'austérité ont eu pour conséquence de paralyser le rail wallon et bruxellois dès 6h ce matin, mais aussi le trafic ferroviaire international depuis Bruxelles. Le trafic autoroutier est dès lors légèrement plus chargé, à hauteur de 50 à 70 km de files en plus que d'habitude. Les TEC sont également fortement touchés par la grève, tandis que la STIB, bpost et la grande distribution enregistrent peu de perturbations. Côté actions symboliques, des manifestations ont lieu à Bruxelles mais aussi en Wallonie. La région du centre est particulièrement mobilisée vu la crise qui frappe Duferco et NLMK.