Plein écran
Tristane Banon. © afp

Le témoignage qui pourrait enfoncer DSK (vidéo)

Tandis que certains crient au complot à l'encontre de DSK, un témoignage de 2007 vient étayer l'accusation de la femme de chambre.

Plein écran
© ap
Plein écran
© ap
Plein écran
© epa
Plein écran
© ap

Voici l'affaire qui pourrait aggraver le cas DSK. En 2007 déjà, une journaliste évoquait à la télé l'agression sexuelle dont elle avait été victime en 2002 de la part de celui qui était alors député. La vidéo avait été révélée par le site Agoravox.

Censure
Invitée dans l'émission de Thierry Ardisson "93, Faubourg Saint-Honoré", diffusée le 5 février 2007, la journaliste et romancière Tristane Banon évoque son agression sexuelle par une personne haut placée. Bien qu'elle cite son nom, il est systématiquement censuré et remplacé par un "bip".

"Chimpanzé en rut"
La jeune femme est assise autour d'une table en compagnie d'autres invités parmi lesquels Jacques Séguéla, Roger Hanin ou encore Gérald Dahan. "Moi c'est avec [bip] avec qui ça s'est très mal passé, le chimpanzé en rut", lance Tristane Banon. Et Ardisson d'appuyer ses dires: "Non mais c'est vrai, il est obsédé par les gonzesses". La réputation de l'intéressé ne semble laisser planer aucun doute.

"A l'Assemblée nationale, il n'y a plus aucune petite nana qui veut s'occuper de son bureau. Il suffit de voir d'ailleurs, c'est le seul qui a une secrétaire qui doit avoir bientôt 60 ans, limite obèse", débute la journaliste.

"J'adore"
Tristane Banon raconte alors devant les invités comment DSK l'a "coincée" en l'invitant dans un appartement vide avec "un magnétoscope, un lit une télévision" où il lui a littéralement "sauté dessus". Personne autour de la table ne semble réaliser la gravité des faits, certains s'en amusent même. "Ca s'est fini en string", lance l'un d'eux visiblement amusé. "Ah j'adore!", complète Ardisson lorsque Tristane Banon explique qu'ils se sont battus et qu'il a tenté de lui dégraffer son soutien gorge. "S'il fait ça, il peut faire n'importe quoi", relève tout de même Roger Hanin, médusé.

Pour savoir qui se cache derrière le bip, Agoravox interroge tout simplement Tristane Banon qui révèle d'emblée le nom de Dominique Strauss Kahn. La jeune femme dit ignorer pourquoi le nom de DSK, qui vient d'être nommé au FMI, a été censuré. "Je ne sais pas du tout. (...) C'est une décision de Télé Paris et de Stéphane Simon (NDLR: producteur de Télé Paris). Ce n'est pas moi qui l'ai demandé, en tout cas", assure Tristane Banon à Agoravox.

Pas de plainte
A l'époque, bien que DSK était déjà empêtré dans l'affaire de l'économiste hongroise Piroska Nagy, avec qui il était soupçonné d'entretenir une relation extra-conjugale, la séquence passe inaperçue. D'autant que si Tristane Banon entame une procédure afin de porter plainte, elle finira par l'abandonner. "Je n'ai pas osé aller jusqu'au bout, je ne voulais pas être jusqu'à la fin de mes jours la fille qui a eu un problème avec un homme politique", explique Banon dans la séquence.

Liens familiaux
Dimanche, Anne Mansouret, conseillère générale PS de l'Eure et régionale de Haute-Normandie, mère de Tristane Banon, a expliqué dans une interview à Paris Normandie, les raisons qui ont poussé sa fille à se taire. "Après les faits, on a discuté, beaucoup parlé. Et finalement, elle a décidé, on a décidé, de ne pas lancer de procédure. Vous savez ma fille était très mal, mais Tristane est la filleule de la seconde femme de Dominique. C'était délicat pour des raisons familiales et amicales. [...] Aujourd'hui, je regrette d'avoir dissuadé ma fille de porter plainte contre DSK. Je porte une lourde responsabilité", a confié Anne Mansouret, indiquant que sa fille est toujours "bouleversée par ces faits".

Et d'ajouter que selon elle, Dominique Strauss Kahn est "malade". "Ce n'est pas une injure de dire cela, il a un vrai problème : une addiction au sexe, comme d'autres ont des soucis avec l'alcool, la drogue ou le jeu. Il est malade. Sur les faits eux-mêmes, je ne peux pas me prononcer, je n'y étais pas. Mais pour moi, c'est très plausible que cette femme a été agressée sexuellement. En revanche, je suis formelle, il a bien tenté d'abuser de Tristane", affirme-t-elle à Paris Normandie.

Tristane Banon "envisage à présent de porter plainte", a annoncé son avocat David Koubbi. "On envisage de déposer plainte. Je travaille avec elle", a déclaré Me Koubbi, à propos de sa cliente. (vt)